Boutique Biologiquement.comAntioxydant naturel puissant découvert contre les maladies cardiovasculaires

  Posté par antioxydant       1 commentaire
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Université de chercheurs du Minnesota Medical School ont collaboré avec l’École de santé publique et a découvert une enzyme qui, lorsqu’on les trouve à des niveaux élevés et aux côtés de faibles niveaux de HDL (bon cholestérol ), peut réduire considérablement le risque de maladie cardiovasculaire.

L’enzyme – la glutathion peroxydase, ou GPX3 – est un antioxydant naturel qui aide à protéger les organismes contre les blessures oxydant et aide le corps à se réparer naturellement. Les chercheurs ont constaté que les patients ayant des niveaux élevés de bon cholestérol, l’enzyme GPX3 ne fait pas de différence significative. Toutefois, ces patients avec des niveaux faibles de bon cholestérol, l’enzyme GPX3 pourrait être un grand avantage. Lien L’enzyme à une maladie cardiovasculaire peut également aider à déterminer le risque cardiovasculaire chez les patients ayant de faibles niveaux de bon cholestérol et un faible niveau de la protection GPX3. La nouvelle recherche, publiée par PLoS One, appuie l’opinion que les antioxydants naturels peuvent offrir les avantages du corps humain profonds. “Dans notre étude, nous avons constaté que les personnes ayant des niveaux élevés de l’enzyme GPX3 et de faibles niveaux de bon cholestérol étaient six fois moins susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire que les personnes ayant de faibles niveaux de fois”, a déclaré l’auteur principal de Jordan L. Holtzman, MD, Ph.D., professeur de pharmacologie et de médecine au sein de l’Université du Minnesota Medical School. “Cette enzyme GPX3 nous donne une bonne raison de croire que les antioxydants naturels comme GPX3 sont bons pour la santé cardiaque.” La combinaison de taux bas de HDL et GPX3 faible affecte environ 50 millions de personnes, soit un adulte sur quatre – aux États-Unis Cette condition peut conduire à des mortels crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux . Les chercheurs continuent à chercher de nouvelles façons de mieux prédire qui est à risque pour ces maladies et comment les patients peuvent limiter l’impact de la maladie une fois qu’elle est diagnostiquée. «Il est important de souligner que les gens ne devraient pas se précipiter à leurs médecins et les tests de la demande pour l’enzyme GPX3», a déclaré Holtzman. “Mais dans le temps, nous espérons que la mesure de cette enzyme sera un test sanguin commune pour déterminer si un patient est à risque de maladie cardio-vasculaire, y compris les crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux.” Pour arriver à ses résultats, Holtzman et ses collègues ont étudié les trois principaux facteurs de risque de maladie cardiovasculaire: hypertension artérielle cholestérol, le tabagisme et haute. Les données suggèrent que les personnes ayant de faibles niveaux de HDL et GPX3 étaient six fois plus susceptibles de mourir d’une maladie cardio-vasculaire, y compris une crise cardiaque ou un AVC, que ceux qui ont de faibles niveaux de HDL et des niveaux élevés de GPX3.

GPX3
GPX3

L’étude a examiné 130 échantillons stockés à partir de l’Enquête auprès des participants coeur du Minnesota qui sont morts de maladies cardio-vasculaires après 5-12 ans de suivi des soins. Les âges des patients étudiés variait de 26-85 ans. Leurs données ont été comparées à 240 échantillons de contrôle. “Il s’agit d’une enzyme importante pour les personnes ayant un cholestérol HDL bas», a déclaré Holtzman. “Nous pensons que des recherches plus poussées seront importants pour déterminer le rôle futur de GPX3 et quels médicaments peuvent servir à accroître son activité dans le sang.

Boutique Biologiquement.comAnti-âge : 4 “superfruits” antioxydants pour notre peau

  Posté par antioxydant       2 commentaires
[Total : 5    Moyenne : 4/5]

Des jus à boire aux soins du visage, les superfruits font de plus en plus parler d’eux. S’ils ont autant la cote, c’est grâce à leurs propriétés antioxydants naturels puissants.

1. Superfruits : un concentré de vitamines

La “superfruit mania” gagne depuis quelque temps la France. Jus de myrtille, de grenade, de cranberry,… Les pros de la cosmétique nous vantent les bienfaits nutritionnels incroyables de ces superfruits aux supers pouvoirs. Côté santé, plusieurs études ont montré que le cranberry protègeait des infections urinaires. Le cassis aurait un effet positif sur la vision en prévenant notamment la dégénérescence maculaire liée à l’âge…

Autre bienfait plus séduisant, consommer les baies aux couleurs rouges et noirs serait utile pour ralentir le vieillissement grâce à leur puissance en antioxydants spécialement en vitamines C et E.
En beauté, cette particularité a piqué la curiosité de l’industrie cosmétique qui s’est mise à développer des soins incorporant un ou plusieurs actifs extraits de ces fruits magiques misant sur leur côté anti-âge, tonus et éclat de la peau. A chaque superfruit ses vertus. Exemple avec quatre d’entre eux.

Baies d'açaï biologque pour votre peau
Baies d’açaï biologque pour votre peau

2. Superfruits : L’açaï pour une peau plus jeune

Cette baie noire issue d’un palmier d’Amérique du sud regorge de vitamines et de polyphénols, ces molécules riches en vitamine E antioxydante. L’extrait d’açaï est exploité dans des soins cosmétiques pour ses propriétés nourrissantes et réparatrices pour la peau. Comme le cassis, il stimule la micro-circulation pour une peau plus ferme et un teint plus éclatant.

3. Superfruits : La grenade pour une bonne mine

Ce superfruit est certainement le plus en vogue en ce moment : que ce soit en jus ou dans des formules cosmétiques, on trouve de la grenade partout. Elle est prisée pour ses vertus anti-âge puisqu’elle régénère les cellules du derme et favorise l’hydratation de la peau.

4. Superfruits : L’acérola pour une peau repulpée

Cette petite cerise rouge des Antilles détone par sa teneur explosive en vitamine C. Elle stimule la production de collagène qui garantit l’élasticité et la fermeté de la peau.

5. Superfruits : Le cassis contre les cernes

Le cassis possède quatre fois plus de vitamine C que l’orange, un puissant antioxydant naturel qui protège les cellules de l’attaque des radicaux libres et du vieillissement précoce de la peau.
Le cassis est réputé pour stimuler la circulation sanguine. Il est efficace pour diminuer les cernes et les poches sous les yeux en alimentant les vaisseaux de l’œil en oxygène. Cet effet liftant a été reconnu par une étude japonaise portant sur 33 femmes ayant consommé du cassis.

Boutique Biologiquement.comLes aliments riches en antioxydants

  Posté par antioxydant       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 3.7/5]

Enrichir votre alimentation par des antioxydants reste la première mesure à prendre pour optimiser votre « statut antioxydant ». C’est également le cas si une supplémentation a été préconisée à la suite d’un bilan de stress oxydatif. Mais où les trouve-t-on, ces fameux antioxydants ?

Les recommandations officielles conseillent de consommer quotidiennement au moins cinq portions de fruits et de légumes. Mais tous ne sont pas égaux, et leur apport peut varier selon qu’on les mange crus ou cuits.

D’une manière générale, l’essentiel est de varier votre alimentation afin d’apporter l’ensemble des nutriments dont vous avez besoin et d’éviter les modes de cuisson ou de conservation qui les dénaturent.

Vitamines antioxydantes A, C, E

Les aliments riches en antioxydants
Les aliments riches en antioxydants

Les principales sources de vitamine A d’origine animale, prête à être utilisée directement par l’organisme, sont les foies d’animaux (veau, génisse, agneau), les huiles de foie de poisson, le thon rouge, le beurre, la crème, les fromages, l’œuf, les laitages entiers.

D’origine végétale, on les trouve sous forme de bêta carotène ou provitamine A dans les fruits et légumes à chair orangée ou rouge, les légumes à feuilles et autres légumes verts.

Les principales sources de vitamine C sont les fruits, surtout les agrumes et autres fruits exotiques, les fruits rouges, les légumes, particulièrement la famille des choux et les légumes à feuilles.

Les principales sources de vitamine E (tocophérols) sont les huiles végétales, les graines oléagineuses, les crustacés, certains légumes (brocoli, épinard, avocat).

Il peut être intéressant d’enrichir ses apports en gamma tocophérol, surtout présent dans les huiles d’onagre et de colza, les graines de lin, de sésame, de blé, de maïs, le soja, la noix de pécan.

Les oligoéléments antioxydants : le sélénium et le zinc

Les principales sources de sélénium sont les fruits de mer (beaucoup les huîtres), les poissons (surtout le hareng et le thon), les foies d’animaux, les viandes, l’œuf, les céréales complètes, certaines graines oléagineuses (noix, noix du Brésil), certains légumes (ail, oseille, épinard, endive, champignon, poireau).

Les principales sources de zinc sont les fruits de mer (particulièrement les huîtres et coquillages), les abats, les viandes, les fromages, les céréales complètes, les graines oléagineuses, les légumes secs, l’œuf, les poissons, certains légumes (petit pois, ail, chou), la levure de bière.

Quatre cofacteurs importants des antioxydants : le cuivre, le manganèse, le soufre et le magnésium

Les principales sources de cuivre sont les foies animaux, les fruits de mer, les volailles, l’œuf, les légumes secs, les graines oléagineuses, les céréales complètes, certains légumes (champignon, poireau, ail, petit pois, artichaut), certains fruits (banane, citron, poire, avocat), la levure de bière.

Les principales sources de manganèse sont les céréales complètes, les graines oléagineuses, les légumes secs, certains légumes (betterave, petit pois), les germes de blé.

Les principales sources de soufre sont l’œuf, les viandes, les poissons, les légumes secs, les graines oléagineuses (amandes, noix de cajou), certains légumes (ail, oignon, échalote, ciboulette, asperge, brocoli, choux, navet, poireau, radis noir), certains fruits (figue, papaye), les germes de blé.

Enfin, les principales sources de magnésium sont les céréales complètes, les légumes secs, les graines oléagineuses, certains légumes (épinard, petit pois), certains fruits (banane, framboise), les crustacés, les poissons gras, certaines eaux minérales, les germes de blé, la levure de bière, le cacao.

A consommer crus ou cuits ?

Contrairement à l’idée reçue, toutes les vitamines ne sont pas détruites par la cuisson ! Ainsi, si un œuf est gobé cru, ses protéines sont assimilées à 51%. Consommé cuit, le pourcentage passe à 91% ! La vitamine B8 est protégée par une substance, l’avidine, qui doit être chauffée pour être libérée et rendue assimilable. Enfin, le lycopène, antioxydant vedette de la tomate, est présent à raison de 8,8 à 42 microgrammes dans la tomate crue, 62 dans la sauce tomate et 1500 dans le concentré de tomates.

De nombreux facteurs agissent donc sur la qualité d’un aliment, en particulier sur sa teneur en micronutriments (minéraux, oligoéléments et surtout vitamines).

La chaleur, l’oxygène, la lumière, les rayonnements ionisants sont autant d’agents de destruction des vitamines. La sensibilité à l’oxygène est la plus fréquente. La vitamine C y est très sensible, surtout à température élevée, en présence d’enzymes (oxydases, phénolases) ou de métaux (fer, cuivre). La vitamine A et les caroténoïdes, composés riches en double liaison, sont facilement oxydables, surtout en présence de la lumière. La vitamine E est très sensible à l’action de l’oxygène et protège la vitamine C contre l’oxydation.

L’influence des différents traitements ménagers ou industriels sur la teneur en vitamines sera donc très variable selon la vitamine considérée, la présence d’agents favorisant sa destruction (métaux) ou, au contraire, d’agents de protection (antioxydants). En général, les vitamines B1 et C se révèlent les plus fragiles et sont, de ce fait, souvent utilisées comme indicateurs du maintien de la qualité vitaminique des aliments.

Les différents types de cuisson

Plus la cuisson est longue, plus la température est élevée, plus on utilise d’eau pour la cuisson, plus l’aliment est fragmenté et plus les pertes sont importantes. En effet, la chaleur de la cuisson est le principal ennemi des vitamines. Plus elle est intense et prolongée, plus la destruction est importante : elle peut aller jusqu’à 95% pour les vitamines les plus fragiles (C et B1).

La cuisson à l’eau est particulièrement préjudiciable, car elle ajoute, à la destruction par la chaleur, la dissolution des minéraux et des vitamines hydrosolubles dans l’eau… qu’on jette. Démarrer la cuisson à l’eau bouillante salée permet de limiter ces pertes par diffusion. On peut réutiliser l’eau de cuisson en l’ajoutant aux sauces, potages et bouillons.

Le blanchiment détruit un certain nombre de vitamines : 95% de la vitamine C,
60% de la vitamine B1, 40% des vita­mines B2, B3 et B9.

Certains légumes (ail, oignon ou choux) peuvent être blanchis à la vapeur qui élimine une partie des composés soufrés volatils sans diminuer leurs apports en minéraux.

La vapeur préserve les minéraux et épure l’aliment, mais les pertes en vitamine C avoisinent 30 à 35% à cause de l’oxydation.

L’autocuiseur permet de diminuer le temps de cuisson et de préserver une grande partie des vitamines. La perte est de 30% environ. Pour limiter la dissolution des minéraux dans le liquide de cuisson, opter pour le panier vapeur.

Le micro-ondes dévitalise les aliments, puisque leurs structures sont profondément modifiées lors de cette cuisson. Elle aboutit à une destruction des vitamines (surtout C et B).

Enfin, à l’étouffée, les légumes et les fruits cuisent dans leur eau de constitution. Plus le temps de cuisson est réduit, plus les vitamines sont préservées : 30% de pertes environ. En revanche, les minéraux sont concentrés par ce type de cuisson.

On retiendra donc que, dans la meilleure hypothèse, les pertes à la cuisson sont de l’ordre de 20 à 50% pour les vitamines B1 et C, 5 à 10% pour la vitamine A. La vitamine B12 est sans doute la plus touchée. Les vitamines B2 et PP sont les plus résistantes à la cuisson.

En ce qui concerne les viandes, volailles et poissons, la cuisson la plus digeste et qui épargne le plus les vitamines est obtenue avec le grillé, le rôti et le braisé.

Pour conserver le maximum de vitamines et de minéraux, il convient d’utiliser les aliments aussitôt après la récolte ; de leur éviter trempage ou lavage prolongé ; de les transformer dès qu’ils sont prêts et de les manger tout de suite ; d’éviter de couper les aliments en tout petits morceaux si la recette le permet ; de ne pas prolonger inutilement le temps de cuisson ; d’utiliser juste assez d’eau, salée et bouillante, pour couvrir les aliments ; d’éplucher le plus finement possible les fruits et légumes ; de consommer la peau à chaque fois que cela est possible et de préférer les aliments bio… car la majorité des vitamines et minéraux sont stockés sous la peau (ainsi que les pesticides, si les aliments ne sont pas bio !).

Boutique Biologiquement.comLes antioxydants, un pouvoir à ne pas sous-estimer!

  Posté par antioxydant       Laisser un commentaire
[Total : 6    Moyenne : 2/5]

Les légumes antioxydants naturels puissants sont des molécules, naturellement contenues dans les aliments, qui empêchent les radicaux libres (déchets produits par le corps ou provenant de l’extérieur) de causer des dommages aux cellules du corps et ont donc pour effet de prévenir le développement de certains cancers, certaines maladies cardio-vasculaires et maladies liées au vieillissement.

Ils sont regroupés sous deux types soit les nutriments antioxydants et les composés phytochimiques antioxydants, dont les caroténoïdes et les flavonoïdes.

Les antioxydants, un pouvoir à ne pas sous-estimer!
Les antioxydants, un pouvoir à ne pas sous-estimer!

Les meilleures sources alimentaires de nutriments antioxydants :

Nutriments antioxydants et  Meilleures sources

Vitamine C : goyave, papaye, kiwi, agrumes et leur jus (orange, pamplemousse), mangue, fraises, poivron rouge, brocoli, choux de Bruxelle, tomate, pomme de terre
Vitamine D : Poisson gras (espadon, anguille, saumon, thon, hareng, truite, doré, flétan, hareng), jaune d’œuf, lait et boisson de soya enrichis
Vitamine E : huiles (germe de blé, tournesol, carthame), graines de tournesol rôties à sec, amande non blanchie, céréales 100 % son
Acide folique : abats de volaille, foie (agneau, veau, porc, bœuf), légumineuses, épinard, asperge, pâtes alimentaires enrichies, haricots de soya
Beta-carotène : carotte, citrouille, patate douce, courges d’hiver, navet vert, chou vert frisé, abricots, mangue, cantaloup, citrouille, persil
Cuivre : palourde; viande et volaille ; artichaut, champignon, chicorée; noix et graines; pois chiche, arachide, lentille; chocolat noir
Manganèse : céréales à grains entiers; noix et graines; épinard; quinoa; cacao; légumineuses; thé, ananas, raisin, framboise
Sélénium : noix du Brésil; thon, hareng, sardines, morue, aiglefin, saumon, huîtres, palourdes; viande brune de dinde, côtelette de porc, ronde de boeuf; abats de dinde ou de poulet
Zinc : germe de blé, huître, crabe, palourdes, homard; foie de veau, boeuf haché, agneau; légumineuses

Les meilleures sources alimentaires de composés phytochimiques antioxydants :

Composés phytochimiques antioxydants et Meilleures sources
Légumes et Fruits : fraise, framboise, bleuet, mûres, canneberge, orange, pamplemousse, clémentine, citron, lime, pomme, cerise, prune, pruneaux, grenade, tomate, brocoli, chou, chou-fleur, artichaut, asperge, chou rouge, poivron jaune, goji ,açai, baobab, lucuma, cupuaçu, camu camu, cranberry, acerola, maqui, urucum, myrtille
Viandes et substituts : haricot de soya, haricot rouge, haricot pinto, petit, haricot noir
Épices et aromates : ail, oignon, ciboulette, poireau; curcuma, gingembre, origan, thym, clous de girofle, cannelle, origan séché, persil séché, curry en poudre, poivre noir, chili en poudre; thé vert; cacao en poudre, curcuma

« Pouvoir » antioxydant ?

Des chercheurs s’intéressent au « pouvoir » antioxydant des aliments (capacité qu’à un aliment de neutraliser les effets des radicaux libres) qui permet de quantifier l’effet que pourraient avoir certains aliments sur la santé. Comme ce domaine de recherche ne cesse de surprendre, il pourrait peut-être contribuer au développement de traitements préventifs et curatifs pour certaines maladies.

Les suppléments dans tout cela?

Les suppléments d’antioxydants, parfois même sous forme de méga‑dose, ne contiennent qu’un antioxydant en particulier, sont généralement coûteux et des études démontrent que la prise de ces suppléments aurait plus d’effets néfastes sur la santé que de bienfaits.

Comment puis-je m’assurer de consommer suffisamment d’antioxydants?

L’alimentation, en plus de fournir des antioxydants efficaces, fournit d’autres éléments essentiels (vitamines, minéraux, fibres, oméga-3, etc.) et nécessaires au maintien de la santé. Ainsi, appliquer les recommandations du « Guide alimentaire Canadien » révisé en 2007, demeure notre meilleure police d’assurance.

Recommandations du « Guide alimentaire Canadien » pour un apport optimal en antioxydants chez les adultes :

Consommer de 7 à 10 portions de « Légumes et fruits » par jour, dont au moins un légume vert foncé et un légume orangé.
Consommer de 6 à 8 portions de « produits céréaliers » par jour, dont la moitié sous forme de grains entiers.
Consommer plus souvent des substituts de la viande comme des légumineuses et du tofu
Consommer au moins 2 portions de poisson par semaine (ex. : hareng, maquereau, omble, saumon, truite).
Consommer de 2 à 3 c. à table de matières grasses insaturées chaque jour et utiliser des huiles végétales telles que les huiles de canola, olive ou soya. Les noix et les graines sont riches en gras, surtout insaturées et peuvent donc être consommés en petite quantité (1/4 tasse) chaque jour.
À cela s’ajoute la consommation fréquente d’autres produits au riche « pouvoir » antioxydant tel que les épices et aromates, le thé vert et le chocolat noir.

Le « pouvoir » antioxydant des aliments peut-il être modifié?

Il est reconnu que les méthodes d’entreposage, de préparation, de cuisson et de conservation des aliments ont des effets sur le « pouvoir » antioxydant.
1) Trucs pour limiter la perte d’antioxydants dans les légumes et les fruits :
Les consommer le plus frais possible
Éviter de les faire tremper trop longtemps dans l’eau (surtout s’ils sont coupés en petits morceaux)
Éviter de les cuire dans une grande quantité d’eau. Ainsi, la cuisson à la vapeur et la préparation de soupe ou potage demeurent de bonnes solutions.
2) Combinaisons alimentaires permettant d’augmenter la disponibilité de certains antioxydants :
Couper les aliments en petits morceaux.
Faire de cuire les aliments riches en caroténoïdes et les consommer avec une source de matière grasse (huile d’olive ou noix et graines).
Finalement, il est proposé que la combinaison de divers antioxydants ou aliments ayant un « pouvoir » antioxydant élevé ou très élevé aurait des effets plus importants, mais cela nécessite de plus amples études.

Boutique Biologiquement.comLa baie de Goji fruit antioxydant pour lutter contre le vieillissement

  Posté par antioxydant       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 4/5]

La baie de Goji antioxydant naturel puissant, un complément alimentaire pour lutter contre le vieillissement

La baie de Goji est réputée pour ses propriétés antioxydantes. Elle se présente comme un complément alimentaire pour lutter contre le vieillissement. Il est disponible actuellement sous forme de gélules vendues en pharmacie.

La baie de Goji, un fruit riche en vitamine C et en caroténoïdes

La baie de Goji, dont le nom scientifique est lycium barbarum, est consommée depuis plusieurs siècles en Asie. Elle pousse en abondance dans la région Nord-Ouest de la Chine. De nombreuses recherches ont permis de connaître ses vertus thérapeutiques. Ces études ont démontré qu’il s’agit d’un complément alimentaire très efficace pour ralentir le vieillissement des cellules. Ce fruit contient en effet des éléments antioxydants très puissants.
La baie de Goji est riche en vitamine C et en caroténoïdes. Elle en renferme davantage que l’orange et la carotte et permet de combattre contre la prolifération de radicaux libres qui sont à l’origine de la dégénérescence du tissu cutané. Ce complément alimentaire est également composé de polysaccharides. Sa consommation régulière favorise donc le renforcement du système immunitaire. L’organisme est ainsi préservé des risques de pathologies chroniques.

La baie de Goji fruit antioxydant pour lutter contre le vieillissement
La baie de Goji fruit antioxydant pour lutter contre le vieillissement

La baie de Goji possède une vertu antioxydante

Les chercheurs auprès des laboratoires américains Brunswick et de Nutrinov en France affirment que la baie de Goji constitue par excellence un aliment antivieillissement. Les mesures relevées sur l’échelle ORAC, permettant de déterminer la capacité d’absorption de radicaux libres (Oxygen Radical Absorbance Capacity) démontrent que ce fruit renferme une très grande valeur antioxydante. Il convient toutefois de signaler que la baie de Goji n’est pas une substance médicamenteuse. Il s’agit d’un complément alimentaire à prendre régulièrement ou périodiquement dans le cadre d’un régime varié et équilibré.
Il est vivement recommandé de requérir les conseils d’un professionnel pour connaître la dose de baie de Goji à ingérer et il ne faut surtout pas dépasser cette posologie prescrite par le spécialiste. La consommation de ce complément alimentaire est également déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes. Les personnes qui suivent un traitement anticoagulant à base de warfarine ne doivent pas non plus manger des baies de Goji. Pour assurer une bonne conservation du produit, stockez-le à l’abri de la chaleur et de l’humidité. Tenez-le aussi hors de portée des jeunes enfants.