Rester mince tonique et jeune avec les antioxydants

Boutique Biologiquement.com
[Total : 1    Moyenne : 4/5]

Aliments Fruits antioxydants naturels puissants.

Il fait gris, les microbes guettent, un coup de mou? C’est le moment de passer aux antioxydants. «Antirouille», ils sont aussi des partenaires santé, minceur et beauté. Quels aliments choisir, comment les cuisiner?Tout ce qu’il faut savoir sur les antioxydants pour mieux se protéger.

1. C’EST QUOI EXACTEMENT UN ANTIOXYDANT?

«Les antioxydants sont des vitamines (A, C, E), des minéraux (sélénium, zinc), des caroténoïdes (lycopène, bêta-carotène…) ou des polyphénols (plus de 5 000 variétés), présents dans certains aliments ou boissons», détaille Raphaël Gruman, diététicien nutritionniste. Par définition, les antioxydants s’opposent aux oxydants, aussi appelés radicaux libres. Des molécules qui perturbent le fonctionnement de nos cellules, accélèrent le vieillissement, affaiblissent l’immunité. Et augmentent le risque de maladie cardiovasculaire, de dégénérescence maculaire (maladie de la rétine), de cataracte (cécité), et de certains cancers. Tous sont indispensables et complémentaires?: avaler beaucoup de vitamine C mais aucun polyphénol ne suffit pas.

Pourquoi notre organisme en a-t-il besoin?

Nous avons tous en nous une «balance oxydative» oxydants/antioxydants. Trop d’oxydants (sport en excès, pollution, stress, tabac, certains médicaments, exposition solaire, maladies chroniques comme le diabète ou la maladie de Crohn), et pas assez d’antioxydants pour les contrer? C’est le stress oxydatif: on «s’oxyde» à vitesse grand V. «Un déséquilibre de cette balance favorise certaines maladies. Les résultats de l’étude Suvimax* vont dans ce sens. Plus on augmente les sources d’oxydation (si on fume, par exemple), plus on doit consommer d’antioxydants», poursuit Raphaël Gruman.

Que faire pour mieux les intégrer à l’alimentation?

On trouve des antioxydants dans un peu tous les aliments. Déjà, dans tous les fruits, légumes et boissons colorés. Le vert foncé indique la présence de lutéine et de chlorophylle; l’orange, celle de bêta-carotène, le rouge, celle de lycopène; le violet, celle de tanins… On trouve aussi la lutéine dans le jaune d’œuf, le sélénium dans les abats et fruits de mer, le zinc dans les mollusques et crustacés, le coenzyme Q10 dans les sardines et le bœuf… Une alimentation variée est donc nécessaire pour couvrir l’ensemble de nos besoins.

2. COMMENT LES ÉVALUE-T-ON?

L’Orac (Oxygen radical absorbance capacity) est l’indice de référence. Ainsi, pruneau, raisin sec, mûre, myrtille, ail et chou frisé seraient les six champions. «Cependant, tempère le Dr Jean-Michel Lecerf, médecin nutritionniste, les chiffres sont théoriques, sans rapport avec la réalité physiologique. Car tout dépend de la biodisponibilité de chaque antioxydant, donc de la capacité du corps à l’assimiler. Un aliment peut être riche en quercétine, si le corps en absorbe 1%, à quoi ça sert» Reste que plus on consomme d’aliments bien pourvus en antioxydants, plus on est susceptible de couvrir son quota!

Peuvent-ils s’abîmer?

«Certains antioxydants sont plus fragiles que d’autres. Par exemple, les vitamines A et C sont sensibles à la chaleur et à la lumière», met en garde Raphaël Gruman. Sous l’agression, elles se brisent ou se déforment, leur structure se modifie et elles ne peuvent plus agir. «Gardez vos fruits et légumes au frais et à l’abri de la lumière, conseille le spécialiste. L’idéal: les surgelés, car ils le sont sur le lieu de la cueillette. Sinon, frais, et en dernier recours, en conserve: le liquide de conservation et l’appertisation maltraitent les antioxydants.» Quant aux modes de cuisson, variez-les en évitant les trop hautes températures.

Notre alimentation nous en apporte-t-elle assez?

«En théorie, oui, c’est en tout cas ce qu’on aime dire en France, s’amuse Raphaël Gruman. En pratique, c’est quasi impossible. Et tout dépend de ce qu’on mange!» Cinq fruits et légumes par jour, pile la quantité de produits laitiers, de poisson, de viande, d’œufs, un peu d’épices, d’herbes aromatiques à chaque repas? Si oui, bravo. Mais vous le faites chaque jour? Et «la nutrition, ce n’est pas du calcul mental permanent!», rappelle le Dr Lecerf. Pensez toujours à avoir une approche globale et non à focaliser sur un aliment.

Garder la ligne et rester jeune avec les antioxydants puissants
Garder la ligne et rester jeune avec les antioxydants puissants

3. COMMENT PEUT-ON SAVOIR SI L’ON EST EN MANQUE?

On peut faire des analyses de sang ou, pour 15€, un test oxydatif, chez soi, en 5 minutes. «Hélas, leur fiabilité est discutable, déplore Raphaël Gruman. Ils évaluent le stress oxydatif à un moment donné alors qu’il varie chaque jour. Et ils ne renseignent pas sur un manque de tel ou tel antioxydant». Quant au DrLecerf, il dénonce une démarche mercantile sans fondement scientifique.

Faut-il prendre des compléments antioxydants?

Les experts ne sont pas d’accord! Raphaël Gruman est plutôt pour. «Mes patients en retirent un bénéfice coupe-faim, antifatigue et, sans doute, psychologique. En plus, le risque de surdosage est quasi nul.» Tandis que pour le DrLecerf, «le stress oxydatif résulte de nombreux paramètres. Les bénéfices d’une supplémentation en antioxydants ne sont pas mesurables», même s’ils ne sont pas nuls. Une approche personnalisée est indispensable. Et puis, «augmenter le statut nutritionnel en antioxydants, c’est bien, mais rien ne prouve une meilleure protection». En revanche, en cas de faiblesse avérée, cela peut être utile. Par exemple, de la lutéine contre la dégénérescence maculaire.

Quelles sont les boissons les plus antioxydantes?

Thé blanc, vert, noir ou matcha (poudre de thé moulu qui n’infuse pas: on le boit), café noir, chocolat, jus d’açaï, de grenade, vin rouge… «Dans ce dernier, l’alcool améliore la biodisponibilité des antioxydants du raisin, et en plus on bénéficie des tanins du fût de chêne dans lequel il a patienté», précise le Dr Lecerf. Le cidre est aussi intéressant: pas mal d’antioxydants (les variétés de pommes utilisées sont rustiques), peu de calories et d’alcool. À consommer avec modération!

L’avocat contre le vieillissement cellulaire

Boutique Biologiquement.com
[Total : 1    Moyenne : 2/5]

Vous entendez beaucoup parler des « radicaux libres », ces molécules agressives qui attaquent vos cellules, et même votre ADN. Ils accélèrent le vieillissement et contribuent à déclencher de nombreuses maladies liées à l’âge, comme l’athérosclérose, les problèmes de vue, les démences, et le cancer.

D’où viennent les radicaux libres ? De la pollution, des produits chimiques, de la cigarette, mais également du fonctionnement normal de vos cellules.

Pour fonctionner, vos cellules ont besoin de brûler un combustible (le glucose), dans de petites usines électriques appelées mitochondries. C’est cela qui leur fournit de l’énergie pour, par exemple, se contracter dans le cas des cellules musculaires, ou émettre des signaux électriques pour communiquer, dans le cas des cellules nerveuses.

L’avocat contre le vieillissement cellulaire riche en antioxydants naturels puissants
L’avocat contre le vieillissement cellulaire riche en antioxydants naturels puissants

Vos cellules fument

Tout comme un moteur émet toujours un peu de fumée, même s’il est bien réglé, vos cellules « fument » et émettent des radicaux libres lorsqu’elles travaillent, même si vous vivez sainement.

Plus vous faites de sport, plus vous utilisez votre cerveau, plus vous éprouvez d’émotions, bref, plus vous vivez intensément, plus vous fabriquez de radicaux libres.

Et il n’existe qu’un seul moyen, dans l’état actuel des connaissances, d’éliminer les radicaux libres : les antioxydants, des substances qui sont naturellement présentes dans votre corps et dans les fruits et légumes frais, surtout colorés.

Le problème est que vos cellules n’absorbent pas facilement les antioxydants que vous mangez. La plupart restent à l’extérieur de vos cellules et sont éliminés de votre organisme sans avoir détruit le moindre radical libre.

Comment faire pour aider les antioxydants que vous manger à pénétrer dans vos cellules ?

Les prodigieux effets des graisses

Il existe un moyen simple d’augmenter considérablement votre taux d’absorption des antioxydants : manger vos fruits et légumes avec un corps gras. Pas nécessairement du beurre ou de la charcuterie : de nombreux aliments contiennent de bonnes graisses et vous pouvez facilement les manger avec vos fruits ou ajouter à vos plats de légumes : il s’agit des fruits à coque (noix, amandes, noisettes…), de l’avocat (ou l’huile d’avocat), des olives, ainsi que toutes les graines (courge, graines de lin broyées, graines de tournesol).

Dans une étude réalisée avec de l’avocat, les chercheurs ont constaté qu’en consommer en même temps que des crudités dans une salade multiplie :

le taux d’absorption du lycopène par 4 (le lycopène est un antioxydant que l’on trouve dans les tomates) ;
le taux de bêta-carotène par 2,6 (le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A que l’on trouve en abondance dans les carottes et dans une moindre mesure dans les légumes verts à feuille).
L’avocat est très riche en acides gras, mais ce sont de bons acides gras, nécessaires à votre santé.

Lorsque c’est de l’huile d’avocat qui a été ajoutée aux crudités, ils ont constaté une multiplication :

– du taux d’alpha-carotène par 7,2 ;
– du taux de bêta-carotène par 15,3 ;
– du taux de lutéine par 5,1 (la lutéine est un antioxydant rouge-orangé que l’on trouve dans le jaune d’œuf, le maïs, les carottes, les épinard et l’oseille, et qui protège en particulier la rétine).

Réduire le risque d’AVC en mangeant des tomates

Boutique Biologiquement.com
[Total : 4    Moyenne : 3.3/5]

Aliment antioxydants naturel puissant figurant parmi les plus importants pour l’homme, et considéré comme l’ingrédient le plus consommé en cuisine dans le monde après la pomme de terre, la tomate n’a pas à… rougir !

Bien au contraire, outre ses vertus reconnues depuis le XVIIIe siècle contre différentes infections, sans compter son rôle préventif contre les cancers et son faible apport calorique, la tomate éloignerait un peu plus quotidiennement les cardiologues… Selon une étude finlandaise publiée dans la revue Neurology de l’American Academy of Neurology, manger des tomates, grâce au lycopène qu’elles contiennent, réduirait nettement les risques d’accident vasculaire cérébral (AVC).
La tomate fait partie de ces aliments consommés tous les jours sans qu’on prête forcément attention à tous les bienfaits qu’elle procure. L’étude des chercheurs finlandais apporte une nouvelle preuve des effets protecteurs de ce fruit sur la santé et, en particulier, contre les maladies cardiovasculaires. Le lycopène, un puissant antioxydant que contient la tomate, aiderait en effet, selon ces scientifiques, à prévenir le risque d’accident vasculaire cérébral chez l’homme.

La tomates super aliment riche en antioxydants naturels puissants
La tomates super aliment riche en antioxydants naturels puissants

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs de cette étude ont mené des travaux auprès de 1 031 hommes âgés de 46 à 65 ans. Ils ont ainsi mesuré le taux de lycopène dans le sang des participants au début de l’étude, puis les ont suivis régulièrement pendant douze ans. Pendant cette période, 67 de ces patients ont eu un AVC. Il s’avère de même que 25 d’entre eux appartenaient au groupe des 258 hommes avec la teneur la plus faible de lycopène, et 11 seulement, au groupe des 259 hommes qui avaient le taux le plus élevé de cet antioxydant.
Les chercheurs en ont déduit que les hommes qui avaient un taux élevé de lycopène dans le sang avaient 55% de risques en moins de faire une attaque cérébrale. Qui plus est, rapportent les scientifiques, le risque est encore plus diminué (59%) dans le cas d’attaques avec formation de caillots de sang, par rapport à celles provoquées par une hémorragie. L’étude a aussi porté sur d’autres antioxydants – alpha-carotène, beta-carotène, alpha-tocophérol (une forme de vitamine E) et la vitamine A (rétinol) – mais n’aurait trouvé aucun lien, quel que soit leur taux sanguin, avec une diminution du risque de congestion cérébrale.
S’il est également présent dans d’autres fruits (pastèque, pamplemousse, goyave, papaye, fruits rouges), la concentration du lycopène est maximale dans la tomate cuite et dans les sauces à base de tomate. Manger une portion de tomates suffirait à jouir des bienfaits protecteurs du lycopène. Selon d’autres études effectuées, certains scientifiques estiment que l’organisme peut tirer profit de l’action antioxydante du lycopène avec 6 à 10 mg par jour. Cela marcherait aussi avec les produits dérivés de la tomate dont les jus de tomate, le ketchup, la sauce tomate, la soupe ou les tomates en conserve… Même les pizzas qui ont de la tomate dans leur garniture. De quoi varier les plaisirs…
Rappelons que cet antioxydant aurait également des vertus protectrices contre le cancer de la prostate. Consommées régulièrement, les tomates participent à la lutte contre le vieillissement des cellules. Une grande consommation de tomates peut ainsi aider à améliorer la texture et la couleur de la peau.
Autre atout de la tomate : sa faible teneur en calories. C’est un aliment qui ne contient que 20 calories pour 100 grammes. Extrêmement riche en eau, elle compte 90 à 93% de sa composition. Elle contient aussi peu de protéines, de graisses et de glucides. Efficace pour garder la ligne, elle l’est également pour s’hydrater.
La tomate est également riche en vitamine A, B, C et E ainsi qu’en oligoéléments (potassium) bons pour le fonctionnement rénal. Sa peau et ses graines sont riches en fibres qui facilitent le transit intestinal. Si votre intestin est fragile, retirez-les pour ne manger que la chair de la tomate. La tomate contient aussi, en plus petite quantité, du magnésium, du calcium, du fer, du zinc, du cuivre, du manganèse et de l’iode. C’est donc un produit très équilibré qui agit sur le métabolisme général.
Pour autant, cette étude finlandaise ne doit pas dissuader les gens de manger d’autres types de fruits et légumes qui disposent d’autres bienfaits pour la santé, rappelle-t-elle. Une bonne alimentation peut aider à prévenir les risques d’infarctus, disent les scientifiques.

Qu’est-ce que le lycopène ?

Le lycopène est un pigment naturel, de la famille des caroténoïdes, qui donne la couleur caractéristique de la tomate et d’autres végétaux de couleur rouge. Il est reconnu comme antioxydant, mais on commence à s’intéresser à ses autres actions, notamment dans l’immunité et le fonctionnement des cellules. Le lycopène est aussi l’un des rares nutriments qui est mieux assimilé après cuisson. En effet, les sauces, jus et purée de tomates (ou toutes les préparations de tomates cuites) fournissent plus de lycopène à l’organisme que les tomates crues.
En pratique une consommation quotidienne d’une portion de produit à base de tomates semble suffisante pour augmenter la concentration de lycopène dans l’organisme et, dès lors, observer des effets positifs sur notre santé.

Antioxydants vs CRISE CARDIAQUE: 6 portions de fruits et légumes, 20% de risque en moins

Boutique Biologiquement.com
[Total : 4    Moyenne : 4.3/5]

Manger beaucoup de fruits et légumes réduit le risque de décès de crise cardiaque. Car cet apport élevé et naturel en antioxydants, par l’alimentation, est associé à un risque réduit d’infarctus du myocarde, selon cette étude internationale menée sur plus de 30.000 femmes âgées.

Ainsi, la consommation d’au moins 6 portions de portions de fruits et légumes par jour réduit de 20% le risque, en comparaison d’une consommation moyenne, estimée ici à 2,4 portions. Une étude publiée dans l’édition du 23 septembre de l’American Journal of Medicine qui insiste sur l’interaction naturelle de ces antioxydants de l’alimentation, au pouvoir bien plus protecteur que par supplémentation.

Les antioxydants sont des substances chimiques présentes dans certains aliments comme les légumes verts à feuilles, les fruits et les céréales complètes. De nombreuses études suggèrent qu’ils peuvent aider à protéger contre les effets nocifs des radicaux libres qui entraînent des dommages aux cellules et sont associés aux effets négatifs du vieillissement, ainsi que contre l’exposition à d’autres expositions nocives telles que des niveaux élevés de rayonnement. Les radicaux libres entraînent également des dommages aux vaisseaux sanguins, ce qui peut perturber le flux de sang vers le cœur. La maladie coronarienne peut augmenter le risque de caillot de sang et donc favoriser le déclenchement d’une crise cardiaque.
Les chercheurs du Karolinska Institutet, de l’Université d’Alabama et du Beth Israel Deaconess Medical Center (USA) ont interrogé 32.561 femmes d’âge moyen et âgées, sur leur alimentation, évalué leur apport alimentaire en antioxydants et ont suivi les événements d’infarctus du myocarde durant les 10 années suivantes. Au cours de la période de suivi, 1.114 attaques cardiaques ont été constatées. Après ajustement pour les autres facteurs, l’analyse conclut que les femmes qui bénéficient des niveaux d’antioxydants les plus élevés par leur alimentation (soit au moins 6 portions de fruits et légumes frais par jour) ont un risque réduit de 20% de subir une crise cardiaque dans les 10 années, par rapport aux femmes qui en consomment le moins (HR : 0,80, IC : 95% de 0,67 à 0,97).

6 portions de fruits et légumes, 20% de risque en moins
6 portions de fruits et légumes, 20% de risque en moins

Un résultat qui semble non reproductible par une supplémentation, pourquoi ? Les chercheurs pensent que ce n’est pas la quantité d’antioxydants consommée qui est importante, mais l’éventail des différentes sources alimentaires à partir desquelles les antioxydants proviennent et « fusionnent » ou interagissent et apportent ainsi une protection accrue. Alors que les chercheurs concluent qu’une alimentation riche en fruits et légumes, qui contient des niveaux élevés d’antioxydants, a déjà été suggérée comme associée à un risque réduit de maladie coronarienne, les suppléments qui contiennent une forte dose d’un antioxydant unique montrent des résultats contradictoires. Certaines recherches ont montré que ces suppléments ne protègent pas contre les maladies cardiaques et peuvent même être dangereux. Ex, l’antioxydant bêta-carotène longtemps considéré comme protecteur contre le cancer, pourrait augmenter le risque de cancer du poumon chez les fumeurs.

Cette étude confirme, en pratique, qu’un régime alimentaire riche en fruits et légumes, qui sont une bonne source d’antioxydants, peut réduire le risque de crise cardiaque chez les femmes d’âge moyen et plus âgées.

Antioxydants bio : les aliments anti-vieillesse

Boutique Biologiquement.com
[Total : 3    Moyenne : 4/5]

Tout le monde à déjà entendu au moins une fois la recommandation : « mangez 5 fruits et légumes antioxydants naturel puissant par jour ».

Bien sûr les fruits et légumes sont là pour nous aider à garder la ligne mais ils sont les alliés de notre santé. Riches en vitamines et minéraux ils nous aident également à garder la forme, combattent contre les maladies cardiovasculaires, cancers… Mais leur combat ne s’arrête pas là. Les fruits et légumes sont également riches en antioxydants : une véritable fontaine de jouvence.

Un petit cours de biochimie s’impose

Les antioxydants sont des molécules qui piègent les radicaux libres, particules « rouillant » l’organisme et nous faisant vieillir. Attention à petites doses, les radicaux libres ne sont pas dangeureux et nous protègent même des microbes ou virus.
Le problème arrive quand la production de radicaux libres n’est plus maîtrisée. Ils s’attaquent alors aux cellules saines.
Les radicaux libres sont ainsi impliqués dans la survenue ou l’aggravation des maladies cardiovasculaires, de Parkinson, d’Alzheimer, des cancers, du vieillissement prématurés des tissus accentuant les rides ou les troubles de la vision.
Ainsi pour que cette production reste contrôlée la consommation de fruits et légumes est necessaire.

Les brocolis bio riches en antioxydants puissants pour votre santé
Les brocolis bio riches en antioxydants puissants pour votre santé

Voici la liste des fruits plus plus antioxydants :
canneberges bio, myrtille bio, mûre bio, pruneau bio, fraise bio, framboise bio, prune bio, orange bio, raisin noir bio, cerise bio, kiwi bio, pamplemousse bio, açai bio, goji bio.

Les légumes les plus antioxydants :
Les choux de Bruxelles bio, brocoli bio, betterave bio, poivron rouge bio, tomates bio, chou frisé bio, épinards bio, oignon bio, ail bio.

Conseils de notre diététicienne :

Les besoins en antioxydant sont difficiles à établir exactement. Cependant une alimentation équilibrée au quotidien fait effet de bouclier. Manger 5 fruits et légumes par jour dont au moins 1 faisant partie des plus riches en antioxydants, prendre 3 produits laitiers par jour avec de la viande 3 à 4 fois par semaine et 2 à 3 fois par semaine du poisson en variant les différentes huiles est la meilleure chose à faire.

Des antioxydants végétaux diminuent les symptômes de l’asthme

Boutique Biologiquement.com
[Total : 1    Moyenne : 4/5]

Les fruits Antioxydants naturel puissant.

L’asthme est une maladie du système respiratoire touchant les voies aériennes inférieures et notamment les bronchioles. Elle provoque une gêne respiratoire à l’expiration.

C’est une maladie inflammatoire dont les symptômes sont le plus souvent déclenchés par une hyperactivité des bronches soumises à des agents extérieurs (par exemple : tabac). La réaction est de type allergique chronique et les asthmatiques sont aussi souvent des allergiques chroniques (aux graminées, aux poils de chats, etc.)

Des antioxydants végétaux diminuent les symptômes de l’asthme
Des antioxydants végétaux diminuent les symptômes de l’asthme

Le traitement de base repose sur des médicaments bronchodilatateurs qui ont une action mécanique. Lorsque l’asthme est plus sévère un traitement anti-inflammatoire local (cortico-stéroïdes inhalés) est nécessaire avec parfois un bronchodilatateur à durée d’action prolongée. Dans les cas sévères la corticothérapie par voie orale est nécessaire avec tous les effets secondaires que cela comporte.

En dehors des mesures traditionnelles (éviter les allergènes, la fumée de cigarette, la pollution et pratiquer une activité physique régulière après avis médical (asthme d’effort)), il semble que l’alimentation puisse jouer un rôle complémentaire intéressant pour diminuer les symptômes. Dans une étude qui vient de paraître dans le journal médical American Journal of Clinical Nutrition, le Dr Linda Wood (Université de Newcastle, Australie) et son équipe ont comparé 3 types d’alimentation sur les symptômes de 137 adultes asthmatiques pendant 14 semaines :

Une alimentation riche en antioxydants naturels (5 portions de végétaux et 2 fruits par jour)
Une alimentation pauvre en antioxydants (2 portions de végétaux maximum et 1 fruit) + un complément alimentaire placebo
Une alimentation pauvre en antioxydants (2 portions de végétaux maximum et 1 fruit) + un complément alimentaire de 45 mg de lycopène (un antioxydant que l’on trouve dans la tomate)
Dès 14 jours, les groupes qui consomment l’alimentation pauvre en antioxydants ont plus de symptômes que ceux de l’autre groupe. Au bout de 14 semaines, les marqueurs inflammatoires sont significativement plus faibles dans le groupe qui a suivi l’alimentation riche en antioxydants, signe d’une meilleure évolution de la maladie. Mais, plus important : le complément alimentaire antioxydant de lycopène n’a pas permis d’obtenir un bénéfice semblable aux aliments eux-mêmes. Cette étude confirme donc d’anciens résultats qui montrent qu’un antioxydant seul, même à forte dose, est souvent peu efficace.

Pour bénéficier d’un apport élevé en antioxydants alimentaires, choisissez des aliments dont l’indice TAC (Total Antioxydant Capacity) est élevé. On peut citer notamment : les haricots rouges, les artichauts, les myrtilles, les mûres, les fraises, les framboises ou les pommes. De plus, il existe des raisons de penser que ces antioxydants peuvent faire maigrir de la taille, tout particulièrement si vous souffrez d’une maladie inflammatoire.

 

Le stress oxydant, les radicaux libres et les antioxydants

Boutique Biologiquement.com
[Total : 10    Moyenne : 2.9/5]

Le stress oxydant est un processus normal qui se déroule dans le corps : l’absorption d’oxygène lors de la respiration entraîne la production de radicaux libres à l’origine de perturbations métaboliques : oxydation et vieillissement de l’organisme. Voyons ensemble comment limiter ce phénomène…

Les radicaux libres sont des molécules hautement instables et réactives qui sont formées suite à d’innombrables réactions chimiques dues aux agressions internes et externes subies par notre organisme.

Une fois formés, les radicaux libres déstabilisent à leurs tours certaines autres molécules en les rendant « radicales », ce qui entraîne une chaîne déstabilisante.

Voyons les différentes formes d’agressions :

Agression interne :

On entend par « agression interne » les mécanismes d’oxydation biologique, ou la présence d’une maladie, d’une infection, d’une inflammation, d’une allergie…

Agression externe :

On entend par « agression externe » les substances telles que l’alcool, le tabac, les polluants issus de l’industrie chimique, la pollution atmosphérique, les composés organiques volatils, les radiations ionisantes, les métaux toxiques (plomb, mercure, cadmium, etc.), les additifs en excès, ainsi que l’exposition solaire, l’exercice physique intense, le stress chronique ou aigu, l’apport alimentaire excessif…

Limiter l’oxydation

Les radicaux libres entraînent des dommages à notre organisme, un peu comme la rouille sur le métal d’une automobile. L’oxydation provoquée par les radicaux libres exerce une action similaire en s’attaquant aux tissus et aux cellules de notre organisme, accélérant ainsi leur vieillissement.

 

Les kiwis contiennent de la vitamine C antioxydant naturel puissant
Les kiwis contiennent de la vitamine C antioxydant naturel puissant

Lorsque la production de radicaux libres devient trop grande, nos réserves d’antioxydants peuvent devenir insuffisantes pour neutraliser l’effet néfaste de l’oxydation des radicaux libres sur nos tissus et cellules.

Ils peuvent alors détériorer les membranes des cellules, modifier le matériel génétique présent dans les noyaux cellulaires, favoriser la formation de cellules cancéreuses et augmenter les risques de maladie cardiaque.

Notre organisme possède un système antioxydant interne qui permet de lutter contre l’excès de radicaux libres. Ce système est limité et ne contre pas toutes les agressions, d’où l’importance d’un apport extérieur en antioxydant.

Il est important dans un premier temps de diminuer les expositions aux agressions extérieures. Mais surtout, il est très important d’opter pour une alimentation équilibrée !

Mangez équilibré pour augmenter vos réserves d’antioxydants !

Les aliments riches en antioxydants

Les principales sources d’aliments antioxydants se trouvent essentiellement dans les légumes et les fruits qui sont riches en vitamines A, C et E :

Les légumes et fruits de couleur verte ou orange contiennent du bêta-carotène (vitamine A) : potiron, poivron, courge, carotte, épinard, paprika, abricot, mangue
Les fruits et légumes colorés, surtout de couleur rouge, apportent du lycopène : tomate, pastèque, goyave, pamplemousse rose
Les agrumes, les fraises, les kiwis et les choux contiennent de la vitamine C
Les huiles végétales, dont l’huile de germe de blé et de soja, nous apportent la vitamine E
Les maïs, haricots vert, épinards, laitues, oranges, pêches, mangues sont des sources de lutéines
Les sardines ou épinards nous donnent le coenzyme Q10
Enfin, le raisin, le citron, l’orange, le pamplemousse, les petits fruits comme les baies, les boissons comme le thé, surtout le thé vert (et uniquement consommé sans lait), certains légumes, céréales, graines, paprika nous alimentent en flavonoïdes.
La vitamine C contenue dans les agrumes est un antioxydant.

Les meilleurs aliments anti-âge

Boutique Biologiquement.com
[Total : 10    Moyenne : 3.1/5]

Le Dr Hervé Grosgogeat, nutritionniste, est convaincu que l’alimentation est une arme puissante contre le vieillissement prématuré. En mangeant des aliments anti-âge, vous pourriez même paraître plus jeune !

« L’alimentation ne vous fera jamais remonter l’horloge du temps, mais elle peut empêcher que les aiguilles ne s’emballent », affirme le Dr Grosgogeat. Elle peut prolonger la longévité des organes et des tissus, et faire paraître plus jeune et plus longtemps.

La peau reflète-t-elle notre alimentation ?

Au niveau de la peau, l’hyperacidité chronique contrarie la captation de l’eau par les glycoprotéines, qui font partie de la structure du tissu conjonctif.

D’où une perte d’élasticité et de souplesse de la peau, un affaiblissement des muscles du visage, et l’apparition de rides prématurées. Un argument de plus pour l’équilibre acide/base.

Rétablir l’équilibre acide/base

« Tous les aliments génèrent des substances basiques et des substances acides. Ceux qui font produire plus d’acides que de bases sont dits acidifiants (viandes, charcuteries, fromages, céréales…) et ceux qui ont l’effet inverse sont dits alcalinisants (fruits et légumes). »

Or, dans notre alimentation, les premiers sont sur-représentés et les seconds sous-représentés, d’où un excès d’acidité qui épuise l’organisme. « Pour rétablir l’équilibre acide-base, il faut composer notre assiette pour qu’elle soit majoritairement occupée par des légumes et des fruits, et minoritairement par des protéines, en privilégiant les poissons et les viandes blanches. »

Pour connaître la catégorie à laquelle appartient tel ou tel aliment, on peut consulter son indice Potential renal acid load (Pral).

Choisir des aliments anti-inflammatoires

Le second cheval de Troie qui “consume” l’organisme de l’intérieur, c’est l’inflammation silencieuse. Son antidote : les aliments anti-inflammatoires.

Parmi eux, on retrouve ceux qui contiennent aussi des antioxydants : fruits et légumes, condiments, herbes aromatiques, épices, certaines boissons (thé vert…). S’inscrivent également dans cette liste les poissons gras, les fruits oléagineux et les huiles végétales.

Le citron bio un antioxydant naturel puissant
Le citron bio un antioxydant naturel puissant

Top 20 des aliments anti-âge

Le maquereau : un des poissons les plus riches en oméga 3. Et il est bon marché et de saison.

Le hareng doux : belle teneur en oméga 3 et en antioxydants – vitamine A, sélénium, cuivre – pour ce poisson modérément acidifiant.

Les oeufs de saumon : excellente source d’oméga 3. Veillez à ce qu’ils soient issus de saumons du Pacifique, une espèce non menacée.

La carotte : alcalinisante, riche en caroténoïdes (antioxydants), en lutéine et en zéaxanthine, deux substances qui s’opposeraient au vieillissement de la vue.

Les épinards : surgelés. Ils contiennent plusieurs antioxydants de la famille des caroténoïdes, mais sont souvent contaminés par des produits chimiques. Un conseil : optez pour la filière bio, quitte à les choisir surgelés.

L‘aubergine : légume alcalinisant et parmi les moins contaminés en pesticide, il est aussi bourré d’antioxydants (surtout dans sa peau, qu’il faut conserver).

La tomate : c’est le légume le plus riche en lycopène (antioxydant), même quand il est en conserve (purée, sauce…). Une alternative pour
le hors-saison.

Le fenouil : riche en flavonoïdes, en vitamine C et en composés anti-inflammatoires (polyacétylènes), il est aussi alcalinisant.

La framboise : plus elle est foncée, plus elle contient de substances antioxydantes. Sans compter la vitamine C. Préférez le bio.

La poudre de piment : elle contient de la capsaïcine à l’activité antioxydante. Elle est aussi alcalinisante.

Le kiwi : un des fruits les plus riches en vitamine C, aux vertus antioxydantes. Choisir les variétés françaises et, par souci écologique, si possible vendues en vrac.

L‘avocat : ses acides gras mono-insaturés ont un effet anti-inflammatoire et nourrissent la peau de l’intérieur. En outre, il est alcalinisant.

Le basilic : sa teneur en acide rosmarinique le place parmi les herbes de jeunesse.

La patate douce : excellent score antioxydant, surtout pour les variétés à chair orange, même après cuisson. Préférez les variétés espagnoles à celles qui viennent de plus loin (pour l’empreinte carbone).

Le citron : cet agrume s’oppose à l’inflammation et au stress oxydatif, surtout consommé en jus.

L’oignon : ce condiment alcanisant est aussi riche en soufre, en sélénium et en quercétol (le plus puissant des flavonoïdes).

La myrtille : à la fois alcalinisante et intéressante pour ses antioxydants.

L’huile d’olive : première pression à froid. Outre des acides gras mono-insaturés, elle contient de l’hydroxytyrosol, un composé qui inhibe le processus inflammatoire.

La noisette : alcalinisante, riche en acides gras mono-insaturés et en antioxydants.

La grenade : le jus de grenade associé aux raisins rouges et blancs, à la purée de fraises, à la framboises et aux cerises est le cocktail antioxydant parfait !

Antioxydant naturel puissant découvert contre les maladies cardiovasculaires

Boutique Biologiquement.com
[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Université de chercheurs du Minnesota Medical School ont collaboré avec l’École de santé publique et a découvert une enzyme qui, lorsqu’on les trouve à des niveaux élevés et aux côtés de faibles niveaux de HDL (bon cholestérol ), peut réduire considérablement le risque de maladie cardiovasculaire.

L’enzyme – la glutathion peroxydase, ou GPX3 – est un antioxydant naturel qui aide à protéger les organismes contre les blessures oxydant et aide le corps à se réparer naturellement. Les chercheurs ont constaté que les patients ayant des niveaux élevés de bon cholestérol, l’enzyme GPX3 ne fait pas de différence significative. Toutefois, ces patients avec des niveaux faibles de bon cholestérol, l’enzyme GPX3 pourrait être un grand avantage. Lien L’enzyme à une maladie cardiovasculaire peut également aider à déterminer le risque cardiovasculaire chez les patients ayant de faibles niveaux de bon cholestérol et un faible niveau de la protection GPX3. La nouvelle recherche, publiée par PLoS One, appuie l’opinion que les antioxydants naturels peuvent offrir les avantages du corps humain profonds. “Dans notre étude, nous avons constaté que les personnes ayant des niveaux élevés de l’enzyme GPX3 et de faibles niveaux de bon cholestérol étaient six fois moins susceptibles de développer une maladie cardiovasculaire que les personnes ayant de faibles niveaux de fois”, a déclaré l’auteur principal de Jordan L. Holtzman, MD, Ph.D., professeur de pharmacologie et de médecine au sein de l’Université du Minnesota Medical School. “Cette enzyme GPX3 nous donne une bonne raison de croire que les antioxydants naturels comme GPX3 sont bons pour la santé cardiaque.” La combinaison de taux bas de HDL et GPX3 faible affecte environ 50 millions de personnes, soit un adulte sur quatre – aux États-Unis Cette condition peut conduire à des mortels crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux . Les chercheurs continuent à chercher de nouvelles façons de mieux prédire qui est à risque pour ces maladies et comment les patients peuvent limiter l’impact de la maladie une fois qu’elle est diagnostiquée. «Il est important de souligner que les gens ne devraient pas se précipiter à leurs médecins et les tests de la demande pour l’enzyme GPX3», a déclaré Holtzman. “Mais dans le temps, nous espérons que la mesure de cette enzyme sera un test sanguin commune pour déterminer si un patient est à risque de maladie cardio-vasculaire, y compris les crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux.” Pour arriver à ses résultats, Holtzman et ses collègues ont étudié les trois principaux facteurs de risque de maladie cardiovasculaire: hypertension artérielle cholestérol, le tabagisme et haute. Les données suggèrent que les personnes ayant de faibles niveaux de HDL et GPX3 étaient six fois plus susceptibles de mourir d’une maladie cardio-vasculaire, y compris une crise cardiaque ou un AVC, que ceux qui ont de faibles niveaux de HDL et des niveaux élevés de GPX3.

GPX3
GPX3

L’étude a examiné 130 échantillons stockés à partir de l’Enquête auprès des participants coeur du Minnesota qui sont morts de maladies cardio-vasculaires après 5-12 ans de suivi des soins. Les âges des patients étudiés variait de 26-85 ans. Leurs données ont été comparées à 240 échantillons de contrôle. “Il s’agit d’une enzyme importante pour les personnes ayant un cholestérol HDL bas», a déclaré Holtzman. “Nous pensons que des recherches plus poussées seront importants pour déterminer le rôle futur de GPX3 et quels médicaments peuvent servir à accroître son activité dans le sang.

Anti-âge : 4 “superfruits” antioxydants pour notre peau

Boutique Biologiquement.com
[Total : 5    Moyenne : 4/5]

Des jus à boire aux soins du visage, les superfruits font de plus en plus parler d’eux. S’ils ont autant la cote, c’est grâce à leurs propriétés antioxydants naturels puissants.

1. Superfruits : un concentré de vitamines

La “superfruit mania” gagne depuis quelque temps la France. Jus de myrtille, de grenade, de cranberry,… Les pros de la cosmétique nous vantent les bienfaits nutritionnels incroyables de ces superfruits aux supers pouvoirs. Côté santé, plusieurs études ont montré que le cranberry protègeait des infections urinaires. Le cassis aurait un effet positif sur la vision en prévenant notamment la dégénérescence maculaire liée à l’âge…

Autre bienfait plus séduisant, consommer les baies aux couleurs rouges et noirs serait utile pour ralentir le vieillissement grâce à leur puissance en antioxydants spécialement en vitamines C et E.
En beauté, cette particularité a piqué la curiosité de l’industrie cosmétique qui s’est mise à développer des soins incorporant un ou plusieurs actifs extraits de ces fruits magiques misant sur leur côté anti-âge, tonus et éclat de la peau. A chaque superfruit ses vertus. Exemple avec quatre d’entre eux.

Baies d'açaï biologque pour votre peau
Baies d’açaï biologque pour votre peau

2. Superfruits : L’açaï pour une peau plus jeune

Cette baie noire issue d’un palmier d’Amérique du sud regorge de vitamines et de polyphénols, ces molécules riches en vitamine E antioxydante. L’extrait d’açaï est exploité dans des soins cosmétiques pour ses propriétés nourrissantes et réparatrices pour la peau. Comme le cassis, il stimule la micro-circulation pour une peau plus ferme et un teint plus éclatant.

3. Superfruits : La grenade pour une bonne mine

Ce superfruit est certainement le plus en vogue en ce moment : que ce soit en jus ou dans des formules cosmétiques, on trouve de la grenade partout. Elle est prisée pour ses vertus anti-âge puisqu’elle régénère les cellules du derme et favorise l’hydratation de la peau.

4. Superfruits : L’acérola pour une peau repulpée

Cette petite cerise rouge des Antilles détone par sa teneur explosive en vitamine C. Elle stimule la production de collagène qui garantit l’élasticité et la fermeté de la peau.

5. Superfruits : Le cassis contre les cernes

Le cassis possède quatre fois plus de vitamine C que l’orange, un puissant antioxydant naturel qui protège les cellules de l’attaque des radicaux libres et du vieillissement précoce de la peau.
Le cassis est réputé pour stimuler la circulation sanguine. Il est efficace pour diminuer les cernes et les poches sous les yeux en alimentant les vaisseaux de l’œil en oxygène. Cet effet liftant a été reconnu par une étude japonaise portant sur 33 femmes ayant consommé du cassis.