[Total : 6    Moyenne : 2.8/5]

Le stress oxydant est un processus normal qui se dĂ©roule dans le corps : l’absorption d’oxygĂšne lors de la respiration entraĂźne la production de radicaux libres Ă  l’origine de perturbations mĂ©taboliques : oxydation et vieillissement de l’organisme. Voyons ensemble comment limiter ce phĂ©nomĂšne


Les radicaux libres sont des molĂ©cules hautement instables et rĂ©actives qui sont formĂ©es suite Ă  d’innombrables rĂ©actions chimiques dues aux agressions internes et externes subies par notre organisme.

Une fois formés, les radicaux libres déstabilisent à leurs tours certaines autres molécules en les rendant « radicales », ce qui entraßne une chaßne déstabilisante.

Voyons les diffĂ©rentes formes d’agressions :

Agression interne :

On entend par « agression interne » les mĂ©canismes d’oxydation biologique, ou la prĂ©sence d’une maladie, d’une infection, d’une inflammation, d’une allergie


Agression externe :

On entend par « agression externe » les substances telles que l’alcool, le tabac, les polluants issus de l’industrie chimique, la pollution atmosphĂ©rique, les composĂ©s organiques volatils, les radiations ionisantes, les mĂ©taux toxiques (plomb, mercure, cadmium, etc.), les additifs en excĂšs, ainsi que l’exposition solaire, l’exercice physique intense, le stress chronique ou aigu, l’apport alimentaire excessif


Limiter l’oxydation

Les radicaux libres entraĂźnent des dommages Ă  notre organisme, un peu comme la rouille sur le mĂ©tal d’une automobile. L’oxydation provoquĂ©e par les radicaux libres exerce une action similaire en s’attaquant aux tissus et aux cellules de notre organisme, accĂ©lĂ©rant ainsi leur vieillissement.

 

Les kiwis contiennent de la vitamine C antioxydant naturel puissant

Les kiwis contiennent de la vitamine C antioxydant naturel puissant

Lorsque la production de radicaux libres devient trop grande, nos rĂ©serves d’antioxydants peuvent devenir insuffisantes pour neutraliser l’effet nĂ©faste de l’oxydation des radicaux libres sur nos tissus et cellules.

Ils peuvent alors détériorer les membranes des cellules, modifier le matériel génétique présent dans les noyaux cellulaires, favoriser la formation de cellules cancéreuses et augmenter les risques de maladie cardiaque.

Notre organisme possĂšde un systĂšme antioxydant interne qui permet de lutter contre l’excĂšs de radicaux libres. Ce systĂšme est limitĂ© et ne contre pas toutes les agressions, d’oĂč l’importance d’un apport extĂ©rieur en antioxydant.

Il est important dans un premier temps de diminuer les expositions aux agressions extĂ©rieures. Mais surtout, il est trĂšs important d’opter pour une alimentation Ă©quilibrĂ©e !

Mangez Ă©quilibrĂ© pour augmenter vos rĂ©serves d’antioxydants !

Les aliments riches en antioxydants

Les principales sources d’aliments antioxydants se trouvent essentiellement dans les lĂ©gumes et les fruits qui sont riches en vitamines A, C et E :

Les lĂ©gumes et fruits de couleur verte ou orange contiennent du bĂȘta-carotĂšne (vitamine A) : potiron, poivron, courge, carotte, Ă©pinard, paprika, abricot, mangue
Les fruits et légumes colorés, surtout de couleur rouge, apportent du lycopÚne : tomate, pastÚque, goyave, pamplemousse rose
Les agrumes, les fraises, les kiwis et les choux contiennent de la vitamine C
Les huiles vĂ©gĂ©tales, dont l’huile de germe de blĂ© et de soja, nous apportent la vitamine E
Les maĂŻs, haricots vert, Ă©pinards, laitues, oranges, pĂȘches, mangues sont des sources de lutĂ©ines
Les sardines ou Ă©pinards nous donnent le coenzyme Q10
Enfin, le raisin, le citron, l’orange, le pamplemousse, les petits fruits comme les baies, les boissons comme le thĂ©, surtout le thĂ© vert (et uniquement consommĂ© sans lait), certains lĂ©gumes, cĂ©rĂ©ales, graines, paprika nous alimentent en flavonoĂŻdes.
La vitamine C contenue dans les agrumes est un antioxydant.


[Total : 7    Moyenne : 3.3/5]

Le Dr HervĂ© Grosgogeat, nutritionniste, est convaincu que l’alimentation est une arme puissante contre le vieillissement prĂ©maturĂ©. En mangeant des aliments anti-Ăąge, vous pourriez mĂȘme paraĂźtre plus jeune !

« L’alimentation ne vous fera jamais remonter l’horloge du temps, mais elle peut empĂȘcher que les aiguilles ne s’emballent », affirme le Dr Grosgogeat. Elle peut prolonger la longĂ©vitĂ© des organes et des tissus, et faire paraĂźtre plus jeune et plus longtemps.

La peau reflĂšte-t-elle notre alimentation ?

Au niveau de la peau, l’hyperaciditĂ© chronique contrarie la captation de l’eau par les glycoprotĂ©ines, qui font partie de la structure du tissu conjonctif.

D’oĂč une perte d’élasticitĂ© et de souplesse de la peau, un affaiblissement des muscles du visage, et l’apparition de rides prĂ©maturĂ©es. Un argument de plus pour l’équilibre acide/base.

RĂ©tablir l’équilibre acide/base

« Tous les aliments gĂ©nĂšrent des substances basiques et des substances acides. Ceux qui font produire plus d’acides que de bases sont dits acidifiants (viandes, charcuteries, fromages, cĂ©rĂ©ales
) et ceux qui ont l’effet inverse sont dits alcalinisants (fruits et lĂ©gumes). »

Or, dans notre alimentation, les premiers sont sur-reprĂ©sentĂ©s et les seconds sous-reprĂ©sentĂ©s, d’oĂč un excĂšs d’aciditĂ© qui Ă©puise l’organisme. « Pour rĂ©tablir l’équilibre acide-base, il faut composer notre assiette pour qu’elle soit majoritairement occupĂ©e par des lĂ©gumes et des fruits, et minoritairement par des protĂ©ines, en privilĂ©giant les poissons et les viandes blanches. »

Pour connaßtre la catégorie à laquelle appartient tel ou tel aliment, on peut consulter son indice Potential renal acid load (Pral).

Choisir des aliments anti-inflammatoires

Le second cheval de Troie qui “consume” l’organisme de l’intĂ©rieur, c’est l’inflammation silencieuse. Son antidote : les aliments anti-inflammatoires.

Parmi eux, on retrouve ceux qui contiennent aussi des antioxydants : fruits et lĂ©gumes, condiments, herbes aromatiques, Ă©pices, certaines boissons (thĂ© vert
). S’inscrivent Ă©galement dans cette liste les poissons gras, les fruits olĂ©agineux et les huiles vĂ©gĂ©tales.

Le citron bio un antioxydant naturel puissant

Le citron bio un antioxydant naturel puissant

Top 20 des aliments anti-Ăąge

Le maquereau : un des poissons les plus riches en oméga 3. Et il est bon marché et de saison.

Le hareng doux : belle teneur en omĂ©ga 3 et en antioxydants – vitamine A, sĂ©lĂ©nium, cuivre – pour ce poisson modĂ©rĂ©ment acidifiant.

Les oeufs de saumon : excellente source d’omĂ©ga 3. Veillez Ă  ce qu’ils soient issus de saumons du Pacifique, une espĂšce non menacĂ©e.

La carotte : alcalinisante, riche en carotĂ©noĂŻdes (antioxydants), en lutĂ©ine et en zĂ©axanthine, deux substances qui s’opposeraient au vieillissement de la vue.

Les épinards : surgelés. Ils contiennent plusieurs antioxydants de la famille des caroténoïdes, mais sont souvent contaminés par des produits chimiques. Un conseil : optez pour la filiÚre bio, quitte à les choisir surgelés.

L‘aubergine : lĂ©gume alcalinisant et parmi les moins contaminĂ©s en pesticide, il est aussi bourrĂ© d’antioxydants (surtout dans sa peau, qu’il faut conserver).

La tomate : c’est le lĂ©gume le plus riche en lycopĂšne (antioxydant), mĂȘme quand il est en conserve (purĂ©e, sauce
). Une alternative pour
le hors-saison.

Le fenouil : riche en flavonoïdes, en vitamine C et en composés anti-inflammatoires (polyacétylÚnes), il est aussi alcalinisant.

La framboise : plus elle est foncée, plus elle contient de substances antioxydantes. Sans compter la vitamine C. Préférez le bio.

La poudre de piment : elle contient de la capsaĂŻcine Ă  l’activitĂ© antioxydante. Elle est aussi alcalinisante.

Le kiwi : un des fruits les plus riches en vitamine C, aux vertus antioxydantes. Choisir les variétés françaises et, par souci écologique, si possible vendues en vrac.

L‘avocat : ses acides gras mono-insaturĂ©s ont un effet anti-inflammatoire et nourrissent la peau de l’intĂ©rieur. En outre, il est alcalinisant.

Le basilic : sa teneur en acide rosmarinique le place parmi les herbes de jeunesse.

La patate douce : excellent score antioxydant, surtout pour les variĂ©tĂ©s Ă  chair orange, mĂȘme aprĂšs cuisson. PrĂ©fĂ©rez les variĂ©tĂ©s espagnoles Ă  celles qui viennent de plus loin (pour l’empreinte carbone).

Le citron : cet agrume s’oppose Ă  l’inflammation et au stress oxydatif, surtout consommĂ© en jus.

L’oignon : ce condiment alcanisant est aussi riche en soufre, en sĂ©lĂ©nium et en quercĂ©tol (le plus puissant des flavonoĂŻdes).

La myrtille : à la fois alcalinisante et intéressante pour ses antioxydants.

L’huile d’olive : premiĂšre pression Ă  froid. Outre des acides gras mono-insaturĂ©s, elle contient de l’hydroxytyrosol, un composĂ© qui inhibe le processus inflammatoire.

La noisette : alcalinisante, riche en acides gras mono-insaturés et en antioxydants.

La grenade : le jus de grenade associé aux raisins rouges et blancs, à la purée de fraises, à la framboises et aux cerises est le cocktail antioxydant parfait !


[Total : 2    Moyenne : 3.5/5]

On utilise le rhizome du curcuma ,plante médicinale comme antioxydant et anti-inflammatoire trÚs puissant. Il diminue le taux de cholestérol et bien plus encore !

Curcuma longa, Linné ; Curcuma domestica, Val. ; Zingibéracées

Le curcuma un antioxydant naturel puissant

Le curcuma un antioxydant naturel puissant

Partie utilisée:

Rhizome

SystÚmes de prédilection

SYSTÈME LOCOMOTEUR : antioxydant, anti-inflammatoire, analgésique externe ;
SYSTÈME DIGESTIF : antioxydant, anti-inflammatoire, hépatoprotecteur, bactéricide, fongicide, parasiticide, antitumoral, cholagogue, cholérétique, antispasmodique, carminatif, antiviral ;
SYSTÈME IMMUNITAIRE : antioxydant, bactéricide, fongicide, parasiticide, antitumoral, antiviral ;
SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE : antioxydant, anti-inflammatoire, hypocholestérolémiant, fluidifiant sanguin ;
SYSTÈME TÉGUMENTAIRE : antitumoral, bactĂ©ricide, fongicide, vulnĂ©raire.

Indications

SYSTÈME LOCOMOTEUR

COMME ANTI-INFLAMMATOIRE

En médecine Ayurvédique, le curcuma est utilisé depuis des millénaires pour traiter les affections à caractÚre inflammatoire.

L’action anti-inflammatoire du curcuma est comparable Ă  celle de la cortisone, de la phĂ©nylbutazone (utilisĂ©e dans le traitement de l’arthrite rhumatoĂŻde) et des anti-inflammatoires non-stĂ©roĂŻdiens.

Il semble que le curcuma agisse en inhibant des enzymes qui participent Ă  la synthĂšse des substances inflammatoires – elles-mĂȘmes dĂ©rivĂ©es de l’acide arachidonique – comme les prostaglandines E2 et les leucotriĂšnes.

On pense qu’il diminue le relĂąchement des mĂ©diateurs chimiques des cellules et des neutrophiles.

Il semble Ă©galement augmenter l’effet du cortisol sur les cellules ou peut ĂȘtre mĂȘme prolonger la demie-vie de ce dernier et/ou en diminuer sa dĂ©gradation hĂ©patique.

Lorsque le curcuma est associĂ© Ă  des acides gras essentiels, ils se potentialisent mutuellement dans leurs actions anti-inflammatoires. Contrairement Ă  certains anti-inflammatoires de synthĂšse, le curcuma n’inhibe pas la prostacycline, qui est un important facteur de prĂ©vention des thromboses vasculaires.

Aussi, sa grande action antioxydante joue un rĂŽle important dans son effet anti-inflammatoire.

Arthrite
Rhumatisme
Arthrite rhumatoĂŻde
Douleur musculaire
Bursite, tendinite

SYSTÈME DIGESTIF

Le curcuma amĂ©liore la digestion en stimulant le foie et la vĂ©sicule biliaire – l’excrĂ©tion de la bile en est augmentĂ©e de 100 %. Il semble augmenter la production d’enzymes pancrĂ©atiques.

Il est aussi hĂ©patoprotecteur (surtout grĂące Ă  ses effets antioxydants causĂ©s par l’augmentation hĂ©patique de glutathion et d’enzymes hĂ©patiques – particuliĂšrement le SGOT et SGPT – noms anglais – qu’il provoque), bactĂ©ricide et parasiticide.

INFLAMMATION du foie ou de la vésicule biliaire ;
HÉPATITE, JAUNISSE ;

Augmente la solubilité de la bile, donc le curcuma peut prévenir la formation de CALCULS ;
ULCÈRE GASTRIQUE : le curcuma protùge la muqueuse de l’estomac en augmentant le taux de mucine qu’elle produit ;
DIARRHÉE, DYSENTERIE AMIBIQUE ;
FLATULENCES, BALLONNEMENTS ;
DYSPEPSIE ;
ATONIE DIGESTIVE.

SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE

ATHÉROSCLÉROSE

Tel que mentionnĂ© prĂ©cĂ©demment, le curcuma est antioxydant. Il prĂ©vient la peroxydation des lipides, dont le cholestĂ©rol. Et c’est justement ce cholestĂ©rol « peroxydĂ© » qui se dĂ©pose dans la membrane des artĂšres. De plus, le curcuma rĂ©duit de façon significative le taux de cholestĂ©rol dans le sang en diminuant sa rĂ©absorption intestinale, en augmentant la transformation du cholestĂ©rol en acides biliaires et en augmentant l’excrĂ©tion de la bile.

THROMBOPHLÉBITE

De par son action anti-inflammatoire et fluidifiante (diminue l’agrĂ©gation plaquettaire, aide donc Ă  garder le sang fluide), le curcuma aide Ă  prĂ©venir et Ă  soulager la thrombophlĂ©bite.

SYSTÈME IMMUNITAIRE

CANCER

UtilisĂ© en traitement prĂ©ventif et en curatif. Il fait rĂ©gresser les cancers dĂ©jĂ  existants (surtout oral, du conduit digestif, du foie, des seins et de la peau), supprime l’effet mutagĂšne de certaines substances (dont celles prĂ©sentes dans le tabac) et inhibe la formation de nitrosamine.

En plus, le curcuma prévient les changements génétiques qui peuvent survenir dans le noyau cellulaire (antimutagÚne).

Tout comme le chardon marie, le curcuma est un puissant antioxydant. Il prévient la détérioration des tissus qui peut survenir lors des traitements de chimiothérapie.

BACTÉRICIDE, FONGICIDE ET PARASITICIDE

Le curcuma inhibe la croissance de nombreuses bactĂ©ries gram positives et gram nĂ©gatives, dont celles qui causent la dysenterie amibique (Entamoeba hisolytic) et d’autres, comme le Clostridium perfringens, le Sarcina, le Gaffkya, les Staphylococcus, les Streptococcus, les Bacillus et plusieurs champignons pathogĂšnes.

Il aide Ă©galement lors d’infections en inhibant la production de certaines toxines bactĂ©riennes qui peuvent causer de sĂ©rieux torts Ă  l’organisme, dont les aflatoxines, produites par les champignons qui croissent dans la nourriture mal prĂ©servĂ©e.

VIH

Plusieurs études ont démontré que le curcuma ralentit la progression du VIH et semble augmenter le taux de CD 4 et de CD 8 dans le sang.

Deux fonctionnements sont Ă©noncĂ©s : 1. Le premier Ă©tant que la curcumine (une des substances actives dans le curcuma) inhibe la synthĂšse de l’enzyme intĂ©grase qui permet au virus de s’intĂ©grer au code gĂ©nĂ©tique de la cellule hĂŽte. 2. Le deuxiĂšme est que la curcumine inhibe la production de cytokine par la cellule hĂŽte.

La cytokine stimule la formation du VIH dans les lymphocytes. De plus, comme les personnes infectées par le VIH ont un besoin accru en antioxydants, le curcuma peut répondre partiellement à ce besoin.

Bref, l’utilisation de ce rhizome dans le traitement du VIH semble prometteur. Plusieurs Ă©tudes cliniques sont en cours actuellement et notre comprĂ©hension des mĂ©canismes d’actions du curcuma se clarifieront dans les annĂ©es Ă  venir.

UTILISATION EXTERNE

Peut Ă©tre utilisĂ© sous forme d’huile infusĂ©e, d’emplĂątres, de teinture


irritation cutanée
plaie
entorse
foulure
douleurs arthritiques
psoriasis
mycoses : pied d’athlùte, vaginite
pityriasis versicolor
galle
ulcĂšres

NÉVRALGIES, SCIATIQUE


Le curcuma a une action similaire Ă  celle de la cayenne, relĂąchant la substance P, impliquĂ©e dans la production du message de la douleur. Cette substance Ă©tant subsĂ©quemment Ă©puisĂ©e, le message de la douleur s’en trouve inhibĂ©.
Solvants, modes d’utilisation et dosages

Pour apprécier les effets hépatiques et cholérétiques du curcuma, il est bon de le prendre avant les repas.

POUDRE

3 Ă  6 capsules par jour.

TEINTURE

5 Ă  20 gouttes, 2 Ă  3 fois par jour.

INFUSION

Pas trÚs agréable au goût, 1 à 3 tasses par jour.

COMPRESSE ET HUILE

Pour les usages externes (ça tache !).

Constituants répertoriés

COMPOSÉS PHÉNOLIQUES : curcumi, tumĂ©rone, zingibĂ©rĂšne ;
UN GROUPE DE CURCUMINOÏDES curcumine ;

HUILES VOLATILES : monoterpÚne : cinéol sesquiterpÚnes : limonÚle, tumérone, curcumine, zingibérÚne
VITAMINES : béta-carotÚne (pro-A), acide ascorbique (C) ;
MINÉRAUX : potassium (K) ;
PEPTIDE HYDROSOLUBLE : 5-K dapeptide, tumérine ;
POLYSACCHARIDES : arabinogalactane ukonan A et C ;
Principes amers ; RĂ©sine.

Contre-indications et toxicité :

Comme toutes les plantes fluidifiantes sanguines, il est préférable de ne pas les associer à des ANTICOAGULANTS.

Aussi, il faut faire attention lorsqu’une OPÉRATION, un ACCOUCHEMENT ou une EXTRACTION DENTAIRE sont prĂ©vus.

Peut ĂȘtre RÉCHAUFFANTE. Attention aux femmes en mĂ©nopause, sujettes Ă  des BOUFFÉES DE CHALEUR.

À hautes doses la curcuma peut occasionner des ULCÈRES DIGESTIFS. La haute dose en question est de 100mg par kg de poids corporel de curcumine !
La curcumine stimule
les capacités de détoxification hépatiques

La curcumine, extraite du curcuma, est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace contre les lésions occasionnées par les radicaux libres.

En 1995, des travaux scientifiques ont montrĂ© qu’une alimentation contenant de la curcumine diminuait le stress oxydatif. Au cours d’une investigation, les chercheurs ont dĂ©couvert que la curcumine diminuait le stress oxydatif induit par du trichlorĂ©thylĂšne dans le foie de souris.

Ils en ont conclu que les effets bĂ©nĂ©fiques de la curcumine semblaient dĂ©river de sa capacitĂ© Ă  freiner l’augmentation des niveaux cellulaires de peroxysome, un composant associĂ© Ă  l’utilisation de l’oxygĂšne par les cellules.

En plus de cette action antioxydante directe, la curcumine stimule la synthĂšse du glutathion. Elle semble exercer cette action en renforçant la transcription des gĂšnes pour la glutamate cystĂ©ine ligase, l’enzyme limitant le taux de synthĂšse du glutathion.

Augmenter l’activitĂ© enzymatique de biotransformation de la phase II stimule l’élimination de carcinogĂšnes potentiels. Plusieurs Ă©tudes animales ont montrĂ© que la curcumine augmente l’activitĂ© d’enzymes de phase II, telles la glutathion-S-transfĂ©rase ou l’UDP glucuronyl transfĂ©rase.

La curcumine apporte une protection contre les effets néfastes de nombreux produits chimiques.

Elle inverse les dommages induits sur le foie par l’aflatoxine et bloque les modifications biochimiques et pathologiques induites dans le foie par l’alcool.

Ainsi, lorsque l’on traite des souris avec du diĂ©thylnitrosamine, elles dĂ©veloppent habituellement un cancer du foie.

Lorsqu’on traite les animaux avec de la curcumine, le pourcentage d’entre eux dĂ©veloppant un cancer passe de 100 % Ă  38 % et le nombre de tumeurs chute de 81 %.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Depuis un certain temps déjà nous entendons parler des légumes antioxydants naturels puissants.

Les antioxydants jouent un rÎle important dans notre vie pour garder notre corps en santé.

Les antioxydants se retrouve dans notre alimentation. Il faut donc avoir une alimentation saine et équilibré.

L`oxygĂšne que nous respirons est en parti responsable de l`oxydation de notre organisme. C`est ce qui amĂšne la production de radicaux libres.

Les radicaux libres sont en fait des molĂ©cules qui sont toxiques pour notre organisme et les radicaux libres sont responsables de plusieurs maladies comme le cancer, le DiabĂšte, les maladies cardiaques et mĂȘme du vieillissement.

Les radicaux libres endommagent l`organisme de façon irréversible. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour favoriser l`apparition des radicaux libres.

Le tabac
La pollution
Une alimentation riche en sel et en sucre

Une alimentation équilibrer et riche en antioxydant est le meilleur moyen de rester en santé.

Ce n`est pas pour rien que l`on recommande de manger cinq portions de fruits et légumes par jours car les fruits et légumes contiennent des antioxydants.

Les antioxydants jouent un rĂŽle important dans notre vie

Les antioxydants jouent un rĂŽle important dans notre vie

Ail
Artichaut
Betterave
Bleuet
Brocoli
Café
Canneberge
Cerise
Chocolat noir
Chou
Chou de Bruxelles
Epinard
Fraise
Framboise
Gingembre
Kiwi
Mûres
Muscade
Myrtille
Oignon
Orange
PĂȘche
Poivre noir
Poivron rouge
Pomme
Pomme de terre
Prune
thé noir
Thé vert
Tomate
Vanille

La liste est beaucoup plus longue il est donc facile de consommer des aliments contenant des antioxydant.

Le poisson, les fruits de mer et mĂȘme le vin rouge contiennent des antioxydants vous pouvez donc joindre l`utile Ă  l`agrĂ©able en prĂ©parant un souper rempli d`antioxydants.

Pour dessert une trempette au chocolat.

Pas si difficile de bien manger. Surtout si vos repas regorge d`antioxydants.

Certaines huiles essentielles ont aussi des propriétés antioxydantes comme:

Huile essentielle de céleri
Huile essentielle de citron
Huile essentielle de curcuma
Huile essentielle de gingembre
Huile essentielle de mélisse

Les femmes enceintes ou qui allaitent, devraient toujours demander l`avis de leur médecin avant de prendre des médicaments peu importe qu`il soit d`origine naturel.

Les huiles essentielles ont un effet relaxant ou stimulante. C`est pourquoi on utilise les huiles essentielles dans l`aromathérapie pour nous aider à relaxer car ses effets procure un moment de détente et de paix.

Les plantes médicinales et les huiles essentielles sont utilisées en phytothérapie pour aider dans le traitements d`une multitude de maladies ou malaises.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les anti-oxydants naturels puissants : gardiens de notre santé

La nourriture, l’oxygĂšne, le tabac, les polluants entre autres apportent des oxydants (les « radicaux libres ») qui sont considĂ©rĂ©s aujourd’hui parmi les plus importants responsables du vieillissement et de la fragilisation de l’organisme contre les maladies.

Or notre organisme dispose d’une parade Ă  ces agressions extĂ©rieures : les anti-oxydants qu’il fabrique lui-mĂȘme, ou qu’il puise dans les aliments, en particulier les fruits, les lĂ©gumes, le thĂ©, le vin. Ces anti-oxydants provenant de notre alimentation sont nombreux (flavonoĂŻdes du thĂ©, du vin et des fruits et lĂ©gumes, vitamines C et E par exemple), et extrĂȘmement utiles.

Nous savons aujourd’hui que les anti-oxydants jouent un rĂŽle essentiel dans la prĂ©vention des risques de cancer, cardio-vasculaires et du vieillissement en gĂ©nĂ©ral. On comprend donc l’intĂ©rĂȘt crucial d’une alimentation Ă©quilibrĂ©e pour la santĂ©.

Les anti-oxydants dont notre organisme a besoin pour lutter contre les agressions de son environnement peuvent ĂȘtre apportĂ©s de diverses façons :

ceux naturellement produits par notre organisme. Nous les produisons en quantitĂ© importante quand nous sommes jeunes, mais leur production dĂ©cline avec l’Ăąge pour beaucoup d’entre eux, ce qui rend la supplĂ©mentation intĂ©ressante Ă  partir de la trentaine ou de la quarantaine
ceux apportĂ©s par l’alimentation
ceux apportés par des plantes « médicinales »

Les anti-oxydants principaux produits par notre organisme sont les suivants :

Superoxyde dismutase (SOD) : elle est prĂ©sente dans nos mitochondries (la partie de la cellule qui produit l’Ă©nergie). Pour que notre organisme en produise, il a besoin de Zinc, de Cuivre et de ManganĂšse
Glutathion peroxydase (GPx) : Elle transforme le peroxyde d’hydrogĂšne (ou eau oxygĂ©nĂ©e, un radical libre produit naturellement servant Ă  lutter contre les bactĂ©ries et autres corps Ă©trangers) en eau. Pour produire du GPx, notre organisme a besoin de SĂ©lĂ©nium et de glutathion rĂ©duit.
Catalase
Méthionine sulfate réductase
Coenzyme Q10 (forme réduite : Ubiquinol)
MĂ©latonine : cette hormone est Ă©galement un anti-oxydant puissant. Elle est produite par la glande pinĂ©ale, et rĂ©gule notre sommeil. On soupçonne qu’elle a un rĂŽle majeur dans la limitation du vieillissement. Elle est aujourd’hui interdite Ă  la vente en France, mais autorisĂ©e dans de nombreux pays.
N-acétylcistéïne (NAC)
Les anti-oxydants apportĂ©s par l’alimentation

Notre alimentation nous apporte de nombreux anti-oxydants. Si notre alimentation est Ă©quilibrĂ©e, cet apport nous permet de ne pas avoir de carence, mais ne constitue cependant pas une dose optimale du point de vue de la lutte contre le vieillissement et les maladies. D’oĂč l’intĂ©rĂȘt de la supplĂ©mentation.

Ces anti-oxydants sont les suivants :

Vitamines A, C et E (voir chapitre sur les vitamines)
Zinc, Sélénium (voir chapitre sur les minéraux)
Les caroténoïdes : Beta-carotÚne et autres carotÚnes, lycopÚne
Les flavonoĂŻdes
Les anthyocanes (myrtilles)
Le resvĂ©ratrol : cet anti-oxydant puissant vient du raisin. Il aurait la propriĂ©tĂ© unique (dĂ©montrĂ©e pour l’instant sur des vers minuscules) d’activer le gĂšne de longĂ©vitĂ©
La curcumine : apportée par le curcuma, épice donnant au curry sa couleur jaune)
L’acide lipoĂŻque : cet « antioxydant universel » est nĂ©cessaire Ă  la gĂ©nĂ©ration d’Ă©nergie par les cellules, et permet Ă  notre organisme de gĂ©nĂ©rer d’autres anti-oxydants : vitamines C et E, Glutathion, Ubiquinol (coenzyme Q10). Il aurait donc un rĂŽle majeur.
Les anti-oxydants apportés par les plantes

Les derniÚres décennies ont montré que de nombreuses plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle de divers pays contiennent des anti-oxydants spécifiques qui expliquent au moins en partie leurs propriétés curatives.

L’acide lipoĂŻque

L’acide lipoĂŻque se trouve principalement dans les rognons, le cƓur, la viande de bƓuf, les Ă©pinards, les brocolis. Notre foie peut Ă©galement en synthĂ©tiser un peu, mais cette capacitĂ© diminue avec l’Ăąge.

C’est probablement l’anti-oxydant le plus universel et le plus bĂ©nĂ©fique pour notre santĂ©, et ce pour les raisons suivantes :

C’est un catalyseur nĂ©cessaire Ă  la gĂ©nĂ©ration d’Ă©nergie par les cellules (synthĂšse de l’ATP dans les mitochondries)
Il est soluble dans l’eau et la graisse, et passe facilement dans notre sang. Il atteint mĂȘme facilement notre cerveau.
C’est un anti-oxydant trĂšs puissant
Il permet Ă  notre organisme de gĂ©nĂ©rer d’autres anti-oxydants essentiels : vitamines C et E, Glutathion, Coenzyme Q10 (sous forme rĂ©duite d’ubiquinol)
Il prĂ©serve notre ADN, en participant Ă  sa rĂ©paration en cas d’altĂ©ration
Il est tout Ă  fait sĂ»r : il n’y a pas de risque de surconsommation (pas de toxicitĂ©)
Il a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ© que sa forme naturelle est 6 fois plus efficace que la forme de synthĂšse. Il est donc essentiel en cas de complĂ©mentation de s’assurer que c’est une source naturelle et non chimique d’acide lipoĂŻque qui est utilisĂ©e.

La dose optimale est de 50 mg / jour.

L’acide lipoĂŻque consommĂ© Ă  dose de 1 gramme par jour (20 fois plus que la dose optimale) peut provoquer quelques effets sans gravitĂ©.

La mélatonine

La mĂ©latonine est produite par la glande pinĂ©ale. C’est une hormone indispensable de l’organisme, qui en particulier rĂ©gule le sommeil.

C’est Ă©galement un puissant anti-oxydant.

Des Ă©tudes sur des animaux ont montrĂ© une augmentation de la frĂ©quence des tumeurs induites par des substances carcinogĂšnes chez des souris dont la glande pinĂ©ale avait Ă©tĂ© enlevĂ©e. L’addition de mĂ©latonine permettait d’inverser la situation. Il semble dont trĂšs probable que la mĂ©latonine ait un effet protecteur contre les cancers, et que la supplĂ©mentation en mĂ©latonine naturelle ait le mĂȘme effet chez les personnes ne produisant pas assez de mĂ©latonine.

Or la mĂ©latonine diminue avec l’Ăąge. A 50 ans, son taux est en moyenne huit fois moindre par rapport Ă  l’adolescence.

Pour son effet rĂ©gulateur du sommeil (en particulier pour les personnes ĂągĂ©es), ses effets de retardement du vieillissement, ses effets de prĂ©vention des cancers, on comprend bien pourquoi la mĂ©latonine est aux Etats-Unis en vente libre (y compris dans les supermarchĂ©s). La mĂ©latonine est en effet Ă©galement une substance qui prĂ©sente trĂšs peu de risques (voir chapitre sur les hormones). On est en droit dans ces conditions de douter du bien fondĂ© de l’interdiction de cette substance en France (qui n’est dĂ©livrĂ©e que sur ordonnance, et qui rappelons le n’est pas un mĂ©dicament)


[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Antioxydants naturels puissants.

Aujourd’hui tout le monde en parle , mais qui sont-ils? PhĂ©nomĂšne marketing ou dĂ©couverte rĂ©volutionnaire?
un petit dossier spécial rien que pour vous.

Qui sont-ils ?

les antioxydants sont les molĂ©cules antidotes que la nature met Ă  notre disposition pour combattre les effets toxiques de l’oxygĂšne.
En effet, ce dernier bien qu’indispensable Ă  la vie, entraĂźne une oxydation de l’organisme.
A son contact, nous produisons des radicaux libres, molĂ©cules trĂšs toxiques et chimiquement agressives, responsables du vieillissement, mais aussi de nombreuses pathologie comme certains cancers, le diabĂšte, les maladie cardio-vasculaires, Alzheimer…

OĂč les trouver ?

Pour palier les effets dĂ©vastateurs et nĂ©fastes des radicaux libres, la nature a mis Ă  notre disposition deux sortes d’antioxydants :
– ceux synthĂ©tisĂ©s par nos cellules, Ă  l’intĂ©rieur de notre corps.
– et ceux apportĂ©s par l’alimentation.
En effet, comme nous, les vĂ©gĂ©taux (fruits, lĂ©gumes, plantes) sont soumis eux aussi Ă  l’oxydation de l’air, c’est pour cette raison qu’au fil du temps ils se sont dotĂ©s de molĂ©cules antioxydantes.
Il sagit principalement des vitamines A, C, E, des carotĂšnes, des flavonoĂŻdes et d’oligo-Ă©lĂ©ments comme le sĂ©lĂ©nium et le zinc.

Pourquoi leur donne-t-on aujourd’hui autant d’importance ?

Nos modes de vie actuels accroissent l’oxydation.
Tabagisme, mauvaise alimentation, les U.V., l’obĂ©sitĂ©, le diabĂšte, la pollution, le stress, le sport intensif, le surmenage …. sont autant de facteurs qui favorisent la production de radicaux libres.
DĂ©passĂ©es , nos dĂ©fenses immunitaires ne suffisent plus.C’est ce qu’on appelle : l’Ă©tat de stress oxydatif.
Celui ci doit ĂȘtre pris en charge afin de prĂ©venir le vieillissement et les maladies dĂ©gĂ©nĂ©ratives.
Dans le cas d’une personne diabĂ©tique dĂ©sĂ©quilibrĂ©e, une vigilance accrue semble nĂ©cessaire.
L’hyperglycĂ©mie accĂ©lĂ©rant et favorisant l’Ă©tat de stress oxydatif.

Comment lutter au mieux contre ce stress oxydatif?

Il parait essentiel et Ă©vidant d’adopter une bonne hygiĂšne de vie, en essayant de ne pas s’exposer outre mesure Ă  des situation de stress et de fatigue importante.
Une vigilance toute particuliĂšreĂ  une exposition au soleil trop intense, ne plus fumer et si possible Ă©viter la pollution (de moins en moins facile!!).
Sur le plan nutritionnel, il faut non seulement enrichir au quotidien son alimentation en antioxydants en consommant notamment des fruits et des légumes.
A savoir les fruits et lĂ©gumes riches en antioxydants sont la plupart trĂšs colorĂ©s (ex:carottes, tomates, kiwis, prunes, raisins, cerises…
Mais aussi limiter les aliments pro oxydants comme les produits sucrés, les graisses saturées.
N’oublier pas tout est question d’Ă©quilibre!!!

Faut-il prendre des compléments alimentaires ?

Prendre des compléments alimentaires antioxydatif est, en effet parfois nécessaire.
Dans le cadre d’un diabĂšte dĂ©sĂ©quilibrĂ© (si votre mĂ©decin est d’accord).
Avant ou aprÚs une préparation sportive importante (genre marathon).
L’idĂ©al est une cure de trois semaines Ă  un mois , sous forme de cocktail riche de plusieurs composĂ©s actifs, choisissez chez votre pharmacien des marques reconnues jouissant d’une bonne notoriĂ©tĂ©.
Attention certaines marques contiennent du sucre ajouté, à proscrire.
Pour pratiquer un bilan oxydatif plus complet , il est préferable de consulter son médecin

Le « top 20 » des végétaux riches en antioxydants
(activité antioxydante par portion, exprimées en micromoles de Trolox équivalents)

-Petits haricots rouges (secs) 13727
-Myrtilles sauvages 13427
-Haricot rouge (sec) 13259
-Haricot Pinto 11864
-Myrtilles cultivées 9019
-Cranberry 8983
-Artichaut (cuit) 7904
-Mûre 7701
-Pruneau 7291
-Framboise 6058
-Fraise 5938
-Pomme « Red Delicious » 5900
-Pomme “Granny Smith” 5381
-Noix de pécan 5095
-Cerise 4873
-Prune noire 4844
-Pomme de terre « Russet » (cuite) 4649
-Haricot noir (sec) 4181
-Prune 4118
-Pomme « Gala » 3903

Complément de liste des aliments les plus antioxydants
Pruneau, prune
Raisin sec, raisin noir
Myrtille, mûre, framboise, fraise, cerise
Kiwi
Pamplemousse rose
Ail
Chou frisé, chou de Bruxelles
Épinard
Brocoli
Betterave
Poivron rouge
Oignon

Les Ă©pices les plus antioxydantes

Gingembre
Curcuma
Poivre noir
Muscade
Vanille

PrĂ©cisons que ces aliments, Ă©pices et plantes, aussi bĂ©nĂ©fiques soient-ils, doivent accompagner une alimentation variĂ©e et Ă©quilibrĂ©e. Pas question de manger Ă  l’excĂšs des pruneaux et des Ă©pinards, et de nĂ©gliger les autres aliments.

Dans la cuisine

L’étude montre aussi que le fait d’éplucher une pomme rĂ©duit sensiblement sa capacitĂ© antioxydante. Cela peut s’expliquer par le fait que la peau est riche en vitamine C, mais elle renferme un autre antioxydant puissant, la quercĂ©tine, que l’on ne trouve pas dans la pulpe. La cuisson diminue aussi, le plus souvent, le potentiel antioxydant (la vitamine C est connue pour ĂȘtre trĂšs sensible Ă  la chaleur et trĂšs soluble dans l’eau). Toutefois, les pommes de terres voient leur potentiel antioxydant pratiquement inchangĂ© lors de la cuisson, alors que la tomate bĂ©nĂ©ficie mĂȘme d’une activitĂ© antioxydante supĂ©rieure aprĂšs cuisson .

Ce nouveau portrait de l’activitĂ© antioxydante des aliments vient conforter les messages en faveur d’une alimentation vraiment diversifiĂ©e, certes riche en fruits et en lĂ©gumes, mais aussi avec des lĂ©gumineuses (trop souvent absentes), des herbes et des Ă©pices. Elle confirme aussi qu’en matiĂšre d’antioxydants, la cuisson n’est pas toujours l’ennemi numĂ©ro un !

Acheter des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalitĂ© du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la SociĂ©tĂ© AGOJI : antioxydants naturels


[Total : 2    Moyenne : 3/5]

DĂ©finition et prestations-maladie d’antioxydant naturel puissant

L’antioxydant est un groupe divers de produits chimiques qui peuvent ĂȘtre naturellement trouvĂ©s aux lĂ©gumes, aux fruits et aux plantes en gĂ©nĂ©ral. Des antioxydants sont Ă©galement synthĂ©tisĂ©s dans notre corps. Les exemples des antioxydants diĂ©tĂ©tiques sont la vitamine E, le C, l’A, les acides phĂ©noliques, les dĂ©rivĂ©s de sĂ©lĂ©nium, de chlorophylle et de cholorphyll, les carotenoĂŻdes, les flavonoĂŻdes, le glutathion, le coenzyme Q 10, le melathonin, et le lycopĂšne. Les antioxydants diĂ©tĂ©tiques synthĂ©tiques incluent l’hydroxyanisole butylĂ© (BHA) et l’hydroxytoluĂšne butylĂ© (BHT). Les antioxydants ont l’effet d’anti-vieillissement parce qu’ils sont des extracteurs des radicaux libres (et d’autres espĂšces rĂ©actives de l’oxygĂšne) qui sont liĂ©s avec les maladies humaines comprenant le cancer, la maladie cardiovasculaire, et avec le vieillissement. Des radicaux libres sont associĂ©s Ă  d’autres maladies vieillissement-connexes telles que la maladie et le :maladie de Parkinson d’Alzheimer. Les antioxydants protĂšgent le corps contre des dommages oxydants induits par les radicaux libres et les espĂšces rĂ©actives de l’oxygĂšne (1) en supprimant leur formation ; (2) agissant en tant qu’extracteurs ; et (3) agissant en tant que leur substrat.

Antioxydant: DĂ©finition, nourriture haute en antioxydant, prestation-maladie, vitamines antioxydante

Antioxydant: DĂ©finition, nourriture haute en antioxydant, prestation-maladie, vitamines antioxydante

Sources de nourriture d’antioxydant normal

Une variĂ©tĂ© de fruits, les lĂ©gumes, les Ă©crous, les cĂ©rĂ©ales et les lĂ©gumineuses entiĂšres, le thĂ©, le vin rouge, et les herbes (par exemple extrait de romarin) sont des sources riches des antioxydants normaux. L’avantage de manger des fruits entiers, des lĂ©gumes, et des nourritures entiĂšres est qu’ils contiennent une variĂ©tĂ© d’antioxydants normaux. Une combinaison des antioxydants multiples a une plus grande prestation-maladie que quand un antioxydant est pris individuellement. En outre, le contenu antioxydant tend Ă  ĂȘtre Ă©levĂ© sur leur couche externe, qui est le bas ou en manquant en basses nourritures de fibre. Par exemple, en cĂ©rĂ©ales, le son est riche en antioxydants tels que les acides phĂ©noliques, et acide phytique. Une Ă©tude comparant le haut son, les cĂ©rĂ©ales entiĂšres et les cĂ©rĂ©ales de raffinage de blĂ© a documentĂ© que le haut son et les cĂ©rĂ©ales entiĂšres ont contenu un contenu plus Ă©levĂ© d’antioxydants que la cĂ©rĂ©ale de raffinage de blĂ©.

Nourriture haute en antioxidant

La nourriture haute en antioxydants incluent des fruits tels que la pomme, le raisin, le pamplemousse, la baie de grue, la baie noire et la myrtille. Quoique, les Ă©tudes complĂštes sur la teneur antioxydante des nourritures soient de venir encore, parmi les meilleures sources antioxydantes sont la baie de grue, la baie noire et la baie bleue. Les lĂ©gumes sont Ă©galement des sources antioxydantes riches. L’haricot rouge, l’haricot d’haricot de pinto et nain, la carotte, la tomate, l’ail et la pomme de terre de reinette sont parmi les lĂ©gumes hauts dans le contenu antioxydant et classĂ©s par catĂ©gorie parmi les meilleures sources antioxydantes. D’autres sources importantes des antioxydants sont thĂ© vert, thĂ© noir, thĂ© de fines herbes, Ă©pices, vin rouge, gingembre, et ail.

Acheter des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalitĂ© du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la SociĂ©tĂ© AGOJI : antioxydants naturels


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’alimentation doit rester la 1° source d’antioxydants naturels puissants.

Pour cela, il faut privilégier les fruits et légumes : ils sont riches en antioxydants et pauvres en calories, donc participent peu à la production de radicaux libres.

Une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes est normalement suffisante pour apporter au corps tous les antioxydants dont il a besoin.

Mais attention, si vous cumulez les facteurs qui augmentent les radicaux libres (comme le soleil, l’activitĂ© physique ou la consommation de grandes quantitĂ©s de fer), vous devez veiller Ă  augmenter votre apport en fruits et lĂ©gumes, pour augmenter la quantitĂ© d’antioxydants disponibles.

Attention : la cigarette est un Ă©lĂ©ment qui produit de nombreux radicaux libres, et consomme une grande quantitĂ© d’antioxydants. C’est pour cette raison que les fumeurs sont souvent carencĂ©s en vitamine C.

Voici une liste des aliments riches en antioxydants et les antioxydants que l’on peut y trouver.

Aliment riche en antioxydant Molécule
Fruits et légumes Vitamine C et Polyphénols
Germe de blé, noix, amandes, huiles végétales Vitamine E
Légumes à feuilles vert sombre, carottes, tomates, maïs, brocolis, agrumes Caroténoïdes
Epices et aromates TerpĂšnes
Viandes et végétaux Sélénium, cystéine, fer, zinc, manganÚse et cuivre
Céréales complÚtes Précurseur du glutathion
LĂ©gumes crucifĂšres : brocoli, choux, choux de Bruxelles Sulforaphane

Tous les antioxydants n’ont pas la mĂȘme action. Pour une protection la plus large possible, il ne faut pas se contenter d’un seul antioxydant, mais les consommer tous.

Dans le cas oĂč votre consommation d’aliments antioxydants est insuffisante, un complĂ©ment alimentaire mĂȘlant plusieurs molĂ©cules peut ĂȘtre utile.

Acheter des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalitĂ© du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la SociĂ©tĂ© AGOJI : antioxydants naturels