[Total : 3    Moyenne : 3/5]

Le Tiron est un antioxydant qui permettrait de protéger la peau de certains effets négatifs du soleil et du vieillissement selon une nouvelle étude scientifique britannique.

Une étude des chercheurs de l’Universalité de Newscastle (Angleterre) publiée dans la revue spécialisée le FASEB Journal révèle l’efficacité du Tiron, un antioxydant dans la protection de la peau contre les effets du vieillissement induits par les rayons UVA du soleil et le stress.

Certains antioxydants présents dans notre alimentation, le resvératrol du thé vert, la curcumine du curry, le lycopène des tomates et les composés des crèmes solaires sont déjà connus pour protéger la peau des effets nuisibles du stress et du soleil. En laboratoire, les chercheurs ont testé l’efficacité de ces différents antioxydants connus et déjà présents dans les produits cosmétiques et le Tiron sur la protection de la peau contre les effets des UVA, véritables ennemis de notre jeunesse.

En effet, les UVA sont des rayons solaires qui pénètrent la peau en profondeur jusqu’au derme. Ils dégradent le collagène des cellules cutanées, réduisent son élasticité, favorisent les rides et accélèrent donc le vieillissement de la peau.

Le Tiron protégerait à 100% la peau

Le Tiron protégerait à 100% la peau

 

Alors que les résultats de l’étude révèlent que le resvératrol ne serait efficace qu’à 22 % contre les UVA et les dommages induits par le stress et que le NAC, un antioxydant utilisé en laboratoire, n’offre qu’une protection de 20% contre le stress oxydatif et de 8 % contre les UVA, ils affirment que le Tiron protège la peau à 100% des dommages liés aux rayons UVA et induits par le stress. Les chercheurs pensent que ce phénomène est possible car « le Tiron est capable de cibler les mitochondries de la peau, contrairement aux autres antioxydants qui n’atteignent que les cellules cutanées. »

Mark Birch-Machin, professeur de dermatologie moléculaire à l’Université de Newcastle pense que « les effets protecteurs de Tiron sont très prometteurs » mais il rappelle que « le composé, non naturel, n’a pas encore été testé pour sa toxicité chez l’homme. Il faut donc trouver un équivalent naturel, ayant une structure similaire et le tester pour de futurs produits cosmétiques ou voire alimentaires. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*